Pages

mardi 21 décembre 2010

Avant-dernier billet et un joyeux noël

Les fêtes de fin d'année sont l'occasion de dresser un bilan et de réfléchir à la suite, l'année d'après.
Depuis deux ans et demi Pour convaincre a réuni de nombreux lecteurs de tous les continents. 

Quelques chiffres,
Le blog a rassemblé plus de :

  • 850 billets
  • 200 000 visites dont (70 000 via paperblog et autres sites dérivés)
  • 500 000 pages vues
  • 75 000 visiteurs dont 25 000 réguliers et 5 000 très réguliers
  • 85% des visiteurs viennent d'Europe (principalement de France, de Belgique et de Suisse), 5% d'Amérique et 5% d'Afrique
  • 10 minutes de temps moyen de lecture par billet
  • un classement wikio entre 1 000 et  2 000  sur 375 000 blogs (entre 5 et 30 pour l'international)
Encore une fois et sans doute la dernière, je remercie les lecteurs de ces carnets de leur visite. 
Pour diverses raisons, j'ai décidé d'arrêter Pour convaincre début 2011 et d'ouvrir un site de commentaires d'ouvrages de stratégie ou de tactique non liés à l'actualité. Le rythme de publication sera également moins élevé pour me permettre de renforcer le fond des billets. Le lien sera indiqué dans le dernier billet.
Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année et en particulier un joyeux noël, que vous soyez dans vos familles ou éloignés de vos proches.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

samedi 11 décembre 2010

Les nouveaux défis stratégiques


Je souhaitais signaler la conférence suivante qui aura lieu le 13 décembre à 18h30, à Paris, pour laquelle on me dit qu'il reste encore environ 5 places...
Les nouveaux défis stratégiques, par le contre-amiral (2S) Jean Dufourcq, Chercheur à l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire, Rédacteur en chef de la Revue Défense Nationale, Académicien de marine
Informations sur le site du Club participation et progrès ou sur Facebook.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

jeudi 9 décembre 2010

Un message pour nos militaires en OPEX par Zone militaire


Un message pour nos militaires en OPEX est un projet monté par Zone militaire pour permettre à chacun d’exprimer son soutien et sa sympathie aux 8 700 soldats français qui passeront les fêtes de fin d’année loin de leur foyer et de leurs proches. Pour convaincre s'associe à cette excellente initiative. Un mot ne coûte que peu de temps et (ré)conforte beaucoup. Quelques pensées sur Internet permettent de marquer votre intérêt pour les sacrifices des soldats en opérations et de leurs familles. Tout est expliqué ici. Venez nombreux et partagez le lien.
franceauliban.blogspot.com

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Déclin scientifique, déclin tout court !

Je lisais dans l'excellent guerre technologique en débat(s) cette phrase d'un co-auteur que je ne citerai pas car il exprime un point de vue largement partagé par beaucoup de personnes. Ce n'est donc pas une question de personnes. "Tout d'abord une réflexion de base : pas de formation d'ingénieur : c'est une limite mais c'est aussi ce qui permet de prendre de la hauteur". Si l'on comprend bien, un ingénieur ne prend pas de hauteur vis-à-vis de la technique mais, ne pas comprendre grand chose à certaines technos le permettrait mieux.
Je vous propose une vision légèrement différente des dérives technologiques (acheter toujours plus de high tech, toujours plus hors de prix). Les grandes options technologiques sont-elles toujours prises par des ingénieurs ? Non, le plus souvent ce sont les financiers ou des décideurs qui ne comprennent pas toujours les tenants et les aboutissants technologiques qui choisissent les options. On reproche alors à la technologie des choix non éclairés et, paradoxalement, on reproche aux scientifiques l'obscurantisme grandissant en matière scientifique.
Plus largement, dans les écoles d'ingénieur, les jeunes français préfèrent s'orienter vers les compléments de formation en matière de finance, de communication ou de management (contrairement à beaucoup d'étrangers venant se former chez nous), sachant que les écoles de commerce sont très prisées.
Je ne parle même pas des filières professionnelles qui sont moins prisées (méprisées ?) que les filières générales. On ne produit plus suffisamment pour conserver notre rang mondial à long terme, ce qui est vrai dans de nombreux domaines.
A délaisser la production (industrielle, agricole, numérique, armement, etc.) et à dévaloriser (euphémisme) ceux qui produisent au sens large, on continue de "prendre de la hauteur", tout en dissertant sur notre chute présumée et les méfaits de la techno... Étonnant, non ?

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

dimanche 5 décembre 2010

Cafés stratégiques n°3 - Géostratégie des espaces maritimes

Pour leur troisième édition, les Cafés Stratégiques (AGS) auront le plaisir d'accueillir, le 8 décembre prochain, le professeur Hervé Coutau-Bégarie, qui viendra nous parler de géostratégie des espaces maritimes. Directeur de recherche au CID, chercheur à l'IHESS, animateur infatigable de Stratégiques et autres revues, HCB a animé, pendant un temps à lui seul, la recherche stratégique fondamentale en France. Longtemps spécialisé en stratégie navale, il est l'auteur de la référence incontournable, le Traité de stratégie. Nous l'accueillerons, comme d'habitude, au Café le Concorde, à partir de 19h00.

cgs-coutau_xl

Venez nombreux !

Retrouvez l'évènement sur Facebook.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

samedi 4 décembre 2010

Modèles et stratégie

Une réaction à une récente réflexion publiée dans Mars Attaque par F. de St V. Il pose à juste titre la question du modèle de stratégie. Je propose quelques commentaires sur les modèles.
Modèle non militaire
*
Le modèle est là pour représenter la réalité, il a un aspect dual : imitation et représentation. La représentation, comme la copie, ne sont pas la réalité originale mais cherchent à s'en approcher. La modélisation de la réalité est la base de la culture humaine pour pouvoir développer des concepts, plus ou moins complexes, afin de les échanger/améliorer/modifier/abandonner avec les autres humains. Les mathématiques, les philosophies, les religions, les sciences physiques, les sciences humaines ont développé des modèles de description de la réalité. Cette liste n'est pas exhaustive. Sans modélisation de la réalité, il est presque sûr que nous serions proche du chasseur-cueilleur.
Quand un modèle est-il satisfaisant pour un contexte donné, dans un cadre espace-temps limité. Il me semble que l'on puisse trouver deux grandes possibilités :
1/ le modèle traduit suffisamment la réalité pour ce qu'on veut en faire. On le conserve.
2/ le modèle ne convient pas donc en le change ( avec le problème de la transition) :
- en le remplaçant par un modèle existant,
- en développant un nouveau modèle.
Performance model
*
Mon humble avis sur les modèles appliqués aux conflits :
  • Nous n'avons pas assez de modèles en stock en raison du manque de recherche sur les modèles. Pour l'instant, nous avons 4 ou 5 grands modèles de guerre (deux ou trois de guerre régulière, deux de guerre irrégulière). Parfois une "école prend le pas sur une autre" et cela tourne dans le temps au gré des évènements, des modes...ou du vent.
  • Les modèles se déclinent en lois, théorèmes, principes, probabilités, etc. Plus la palette est grande, plus il est possible de trouver les outils qui permettent de répondre aux problèmes posés.
  • J'ai peu vu de modèles originaux développés depuis les quelques années où je m'intéresse au sujet. Les nouveaux modèles sont souvent des recyclages parfois très intelligents. S'ils changent par rapport aux modèles en vigueur, ils ne sont pas inédits.
  • Les chercheurs proposent peu de modèles. Les grandes propositions originales datent d'un demi-siècle avec l'arrivée de l'arme nucléaire. L'US Army vient d'intégrer la notion de modélisation dans sa méthode de planification, ce qui me parait une bonne avancée méthodologique pour coller à la réalité.
  • Les modèles sont pris pour la réalité (une dérive fréquente) d'où quelques déceptions cuisantes car on ne peut pas tordre la réalité pour coller au modèle (mais on peut changer de modèle). On peut déduire un modèle de l'étude d'un conflit mais la réciproque est un sport difficile.
  • Les modèles n'ont pas besoin systématiquement d'être prouvés tant qu'ils fonctionnent (croyances, théorèmes en maths, clés crypto, etc.). Tout ne peut être prouvé. J'ai bien peur d'attendre longtemps une réponse définitive à ce problème philosophique (déterminisme/non déterminisme) non résolu depuis au moins l'Antiquité.
  • Les modèles qui sont censés être appliqués ne le sont pas toujours. L'échec n'est pas dans le modèle mais dans ce qui est fait dans la réalité. Les hommes sont alors mis en cause et il devient alors plus facile d'incriminer le modèle (ni bon, ni mauvais dans l'absolu car relatif) plutôt que son application. La doctrine US du COIN est-elle vraiment totalement mise œuvre ? L'approche globale est elle appliquée ?
En résumé certains modèles sont pertinents dans certains contextes (espace-temps et domaines limités). Chercher un modèle universel semble quelque peu saugrenu même si c'est confortable intellectuellement. Ainsi, la stratégie (adéquation des objectifs, des moyens et des voies) permet de choisir un ou plusieurs modèles pertinents qui permettent cette adéquation, en changeant de modèle si nécessaire. La grande difficulté, il faut bien le dire, réside dans le choix et non dans le modèle.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

vendredi 3 décembre 2010

Bouffer encore le chapeau en Côte d'Ivoire ?

Soyons clairs, je ne suis pour aucun des deux candidats mais le vote est réalisé. Il serait temps d'arrêter de bouffer le chapeau en Côte d'Ivoire. La commission électorale a eu quelques heures de retard pour proclamer une élection que les Ivoiriens et les Nations unies (et un grand nombre de pays) ont attendu 5 ans ! Le Conseil constitutionnel revient sur les résultats très vite : quelle célérité ! Cela fait envie ?
Le représentant de l'ONU a été désigné comme arbitre (résolution) et l'ONU a statué clairement (communiqué ci-dessous). Maintenant, il va falloir peut-être faire respecter le droit international, chaque acteur devant comprendre que son intérêt bien senti est de le respecter. Le chaos n'arrange pas grand monde et ruine les peuples.
Communiqué de l'ONU 3 décembre 2010 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a félicité vendredi Alassane Ouattara pour son élection à la Présidence de la Côte d'Ivoire et a appelé le Président sortant Laurent Gbagbo, battu au second tour du scrutin, à coopérer pour permettre une transition politique en douceur.
"Le Secrétaire général félicite M. Alassane Ouattara du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) pour son élection et appelle le Président élu à travailler pour obtenir une paix durable, la stabilité et la réconciliation en Côte d'Ivoire", a dit son porte-parole dans une déclaration publiée à New York.
"Le Secrétaire général appelle le Président Laurent Gbagbo à contribuer au bien du pays et à coopérer à une transition politique en douceur dans le pays", a-t-il ajouté. "Le Secrétaire général souhaite souligner que la volonté du peuple ivoirien doit être respectée, et appelle tous les Ivoiriens à accepter le résultat certifié et à travailler ensemble dans un esprit de paix et de réconciliation pour la stabilité et la prospérité de leur pays".
"Le Secrétaire général prévient que ceux qui pourraient inciter ou commettre des violences en seront tenus pour responsables", a dit encore le porte-parole.
Un peu plus tôt, le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Côte d'Ivoire, YJ Choi, qui avait pour mandat de certifier les résultats définitifs du second tour de l'élection présidentielle du 28 novembre, avait estimé que les résultats annoncés par le Conseil constitutionnel ivoirien et qui donnaient vainqueur le Président sortant Laurent Gbagbo « ne correspondaient pas aux faits ».
Le Conseil constitutionnel ivoirien a invalidé les résultats provisoires du second tour de l'élection annoncés par la Commission électorale indépendante (CEI) et a publié vendredi des résultats définitifs donnant le Président Gbagbo gagnant face à son adversaire Alassane Ouattara qui avait été déclaré vainqueur par la CEI.
« Il faut noter que j'ai implicitement certifié le déroulement du second tour lors d'une conférence de presse tenue le 29 novembre 2010. Ainsi, la proclamation des résultats définitifs par le président du Conseil constitutionnel, avec l'annulation du vote dans neuf départements du nord, qui donne la victoire au candidat Laurent Gbagbo, peut seulement être interprétée comme une décision ne correspondant pas aux faits », a dit YJ Choi dans une déclaration.
« La seule question qui demeure est de savoir si l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) est tenue de se plier au verdict du Conseil Constitutionnel quelles que soient les circonstances. La réponse à cette question devrait tenir compte du fait que le gouvernement ivoirien a accepté le rôle de certification du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d'Ivoire », a-t-il ajouté.
« En tant que certificateur des élections ivoiriennes, j'ai procédé à l'évaluation et à l'analyse de tous les procès-verbaux transportés par l'ONUCI et reçus de la CEI. Même si toutes les réclamations déposées par la Majorité Présidentielle auprès du Conseil Constitutionnel étaient prises en compte en nombres de procès-verbaux, et donc de votes, le résultat du second tour de l'élection présidentielle tel que proclamé par le Président de la CEI le 2 décembre ne changerait pas, confirmant le candidat Alassane Ouattara vainqueur de l'élection présidentielle », a-t-il encore dit.
Face à la situation tendue en Côte d'Ivoire, le Secrétaire général de l'ONU a eu des discussions avec plusieurs chefs d'Etat pour coordonner la réponse aux événements à la suite de l'annonce des résultats du second tour de l'élection présidentielle, a indiqué vendredi son porte-parole.
Le Secrétaire général s'est notamment entretenu jeudi par téléphone avec le Président français, Nicolas Sarkozy. Vendredi matin, il a appelé le Président de l'Union africaine, Jean Ping, ainsi que le Président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, en tant que médiateur de l'accord de paix ivoirien.
Il s'est également entretenu avec le Président du Nigéria, Goodluck Jonathan, et avec la Présidente du Conseil de sécurité pour le mois de décembre, la Représentante des Etats-Unis auprès des Nations Unies, Susan Rice.
Il doit discuter vendredi après-midi avec la Haut représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, a précisé son porte-parole.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

jeudi 2 décembre 2010

Prix Amiral Duval décerné à Charles Bwele

Toutes mes félicitations à Charles Bwele, membre d'AGS et animateur d'Electrosphere Blog, qui vient de recevoir à l'Ecole militaire de Paris, le 1er décembre, le prix Marcel Duval 2010 pour son article « Peut-on dissuader dans le cyberespace ? », paru dans la Revue Défense Nationale. Bravo à l'auteur. Une bonne occasion pour vous dire d'aller sur Electrosphère (infos accessibles au plus grand nombre ou presque) et de vous abonner à la Revue défense nationale (pour laquelle je n'ai pas d'actions).

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger