Pages

samedi 31 juillet 2010

Les armées russes font peau neuve

Novosti nous apprend que l'armée russe va changer d'uniforme avant l'automne 2012, pour 260 millions d'euros. Elle nous apprend aussi que 25% des soldats et des sergents sont des femmes dans l'armée russe. 60 000 femmes appartiennent aux forces armées, dont 800 (130 officiers) ont pris part à des guerres ou des opérations. Ces deux exemples sont la poursuite de la réforme des armées russes qui font peau neuves.
russie-eternelle.blogspot.com (ce n'est pas le nouvel uniforme)
Autres billets sur la Russie

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

vendredi 30 juillet 2010

Wikileaks : conserver les informations cachées ?

L'affaire de Wikileaks (publication de documents classifiés sur la guerre en Afghanistan) a fait couler beaucoup d'encre numérique. Je citerais EGEA, Electrosphère, AGS et Actudéfense. Vous pouvez augmenter la liste dans les commentaires.
Je me suis souvenu à cette occasion que j'avais écrit quelques lignes (court mémoire sur la supériorité informationnelle dans les opérations de stabilisation) dans le cadre du master que j'avais suivi en 2007.
La nécessité de conserver l'information peut paraître paradoxale. Il faut tout de même se souvenir qu’historiquement l'information a plus souvent été cachée que mise à disposition de tous. Le secret était la norme en ce qui concerne les données sensibles des États. Le développement des NTIC et l'apparition d'acteurs non étatiques dans les relations internationales remet souvent en cause cette situation. Dans ces conditions, pourquoi garder un secret qui sera rendu public dans peu de temps ?
Cette question peut amener des réponses hétéroclites au niveau de la stratégie de chaque État. Pour les opérations de stabilisation, dont les objectifs stratégiques sont clairement fixés par un mandat, l'exigence de transparence semble plus importante que le principe de secret systématique, pour être efficace : dire ce qu'on va faire et faire ce qu'on a dit.
Cependant, certaines informations ne peuvent être diffusées pour des raisons de sécurité ou de légalité. C'est le cas du nom de certaines victimes ou l'image de personnes capturées. Il est donc possible d'appliquer le principe suivant : toute information, qui n'atteint ni la sécurité, ni le droit, peut être diffusée.
Ce qui atteint la sécurité atteint souvent les hommes (nécessité de protection des sources et des procédés) et reste généralement protégé par le droit. Ainsi, je considère que donner des documents classifiés à un média, c'est tout simplement de la trahison et cela met en danger des hommes. Après, on peut trouver cela très bien, si l'on n'est pas trop regardant sur les conséquences concrètes qui ne vont pas se faire attendre, dans une indifférence médiatique sûrement presque totale...

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

mardi 27 juillet 2010

Les passagers clandestins et la défense européenne

Un passager clandestin qui veut juste voyager gratuitement n’est pas un problème insurmontable dans un transport par bateau. Sa présence marginale ne remet pas en cause l’économie générale, son poids (dans tous les sens du terme) est pris en compte par la collectivité. Lorsqu’il y a de plus en plus de passagers clandestins, la situation devient de plus en plus difficile car la collectivité qui paie ne peut plus supporter les présences marginales sans diminuer son niveau de vie significativement (vivres, confort, etc.). Au-delà d’un certains stade, les non clandestins ne peuvent soutenir l’ensemble des clandestins : soit ils s’en débarrassent, soit ils décident de ne plus payer les prestations du tout.
Dans ces deux cas, tout le monde perd car soit le cout total du voyage n’est pas pris en charge et la compagnie maritime fait faillite. Il est alors tentant pour cette compagnie de ne plus organiser de voyage.
Un dernier point : qui a dit que l’Europe de la défense était équivalente à une compagnie de voyage maritime qui transporte les Etats membres de l’Union européenne ? A force de ne plus payer pour sa défense, la neutralité stratégique européenne est au bout du chemin… Plutôt dangereux à long terme !

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

samedi 24 juillet 2010

Lire Enjeux diplomatiques et stratégiques 2010

Les vacances sont l’occasion de lire un peu plus. Je conseille l’édition 2010 d’ « enjeux diplomatiques et stratégiques ». Ce document a été réalisé sous la direction du professeur Pascal Chaigneau. Le contenu est à la hauteur de la liste des auteurs dont je cite que quelques noms : MM. Hervé Couteau-Bégarie, Fouad Nohra, Jean-Jacques Patry, le général d’armée Quesnot, et deux AGSistes (mention particulière), Joseph Henrotin et Sonia Le Gouriellec.
L’ouvrage s’articule autour de quatre grandes parties et passe en revue brillamment les grandes problématiques actuelles en matière de géopolitique de stratégie et de diplomatie :
  • Les défis diplomatiques
  • Les dynamiques géopolitiques
  • La nouvelle donne stratégique
  • Les enjeux politiques du développement
Cet ouvrage est disponible dans les bonnes librairies et les sites de ventes d’ouvrages sur Internet.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

dimanche 18 juillet 2010

Ralentissement opérationnel

Jusqu'à la rentrée, sauf évènements particuliers, le blog aura une activité ralentie. Profitez-en pour aller sur Alliance géostratégique.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

samedi 17 juillet 2010

Expérimentation de lasers "offensifs" en Afghanistan : green light

Le laser plait manifestement. Mon billet sur l'artillerie laser a au moins intrigué. Il existe bien d'autres applications des lasers : désignation laser, télémétrie, etc. Aujourd'hui, je voudrais juste présenter une nouvelle application offensive mais elle n'est pas de forte puissance.
Des systèmes GLEF (Green Laser Escalation of Force), devraient être envoyés en Afghanistan par l'armée de Terre américaine pour expérimentation. Ce laser est non létal, ce qui ne veut pas dire inoffensif. Ils ont pour but de donner aux troupes un effet à produire sur un adversaire, intermédiaire entre rien et l'usage du feu.
Photo credit Courtesy PEO Soldier
Ce système émet une large bande de lumière verte qui empêche temporairement (au moins en théorie) une personne de conduire ou de viser avec une arme... en l'aveuglant ! Le but avoué serait dissuasif et son utilisation serait un signal vis-à-vis de la population et des adversaires : "attention, on va utiliser la force létale !".
*

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Le recherche opérationnelle : un cahier du CDEF

Aujourd'hui, je souhaitais signaler la mise en ligne des Cahiers de la Recherche Opérationnelle
"Introduction à la Recherche Opérationnelle - Regard historique et applications actuelles". La recherche opérationnelle est méconnue, ce qui me semble quelque peu injuste au regard des solutions qu'elle contribue à élaborer, souvent dans l'ombre. Cliquez sur le lien, le CDEF en parle mieux que moi !
Port artificiel d'Arromanches (Pour convaincre)

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

vendredi 16 juillet 2010

L'artillerie laser ou un futur de l'artillerie

Le thème de juillet est l’artillerie ou plutôt les artilleries. Je souhaitais brièvement évoquer quelques considérations sur l’artillerie laser qui relève autant de la guerre électronique que de l'artillerie. Non, elle n'existe pas encore, mais c'est peut-être pour bientôt. Dans ce cas, il s'agit non plus de projeter des objets matériels mais une puissance électromagnétique.

ATL crédit US DoD

Déjà, lors de l’attaque de Syracuse par la flotte romaine (215 av J-C), la légende prête à Archimède d’avoir utilisé des miroirs géants pour concentrer les rayons du soleil dans les voiles romaines et ainsi, les enflammer. Les Soviétiques avaient développé un programme de lasers tactiques dans les années 1980 qui était considéré comme performant à l’époque. Selon les Etats-Unis, ils auraient testé des lasers en Afghanistan, durant leur déploiement. Actuellement, les technologies sur les lasers, utilisés comme artillerie, ne sont toujours pas au point mais avancent très vite.

Le 26 janvier 2009, un laser ATL (Advanced tactical laser) de la société Boeing, monté sur un Avenger, avait réussi à descendre un drone en vol, dans un contexte se rapprochant du contexte opérationnel. Le 30 août dernier, aux alentours de la base de Kirtland (Nouveau Mexique), Boeing et l’US Air Force ont réussi à acquérir puis à détruire un véhicule au sol, à partir d’un C-130H équipé d’ATL. Ce test était plus difficile à réaliser que celui du 26 janvier, en raison des conditions de vol par rapport à un radar au sol. Le 11 février 2010, dans le cadre de la défense anti-missile balistique, les Etats-Unis ont prouvé qu’ils étaient capables de détruire un missile balistique dans un test opérationnel, au-dessus du Pacifique.

D’autres exemples d’expérimentations existent comme celui du Mobile Tactical High Energy Laser (MTHEL) de Northrop Grumman Corporation, lancé durant les années 1990 par les Etats-Unis et Israël. Au début des années 2000, ce laser a permis de détruire des roquettes et des obus en vol. Ces travaux permettront de créer un véritable bouclier laser.

En 2009, selon M. Greg Hyslop, vice-président de la firme et manager général de Boeing missile defense systems, les armes à énergie dirigée vont transformer l’espace de bataille et sauver des vies en donnant aux combattants une capacité d’engagement hyperprécise à la vitesse de la lumière, tout en réduisant les dommages collatéraux.

Quels seront les avantages des lasers ? :

  • Diminuer les flux logistiques dont l’artillerie consomme une très bonne partie

  • Avoir une portée accrue (à vue seulement) par rapport aux projectiles

  • Quasi instantanéité des attaques (absence de problématique du vol du projectile)

  • Possibilité, à terme, de traiter des projectiles de petites tailles durant leur progression balistique

  • Un potentiel évident de destruction anti-personnel (sujet encore tabou)

  • Etc.

En définitive, le développement des lasers constitue une avancée majeure dans l’histoire de l’armement. Il préfigure, à long terme, une “révolution” dans l’art de la guerre. Les lasers sont précis et peuvent délivrer leur puissance de manière presque instantanée à très grande distance. Lorsque les techniques nécessaires (source d’énergie compacte, stabilisation, poursuite, détection, etc.) seront pleinement opérationnelles, pour un coût acceptable, la destruction de mobiles sera plus facile qu’avec des projectiles qui ont un temps de vol et une précision moindre.

Le refus de la technologie ou le manque d’investissement dans le domaine des lasers de combat de forte puissance, pourraient devenir rapidement dangereux pour ceux qui ne possèderaient pas de telles armes. Il est facile d’écrire que ces armes ne sont pas opérationnelles. C’est vrai. Mais lorsqu’elles le seront, les pays qui maîtriseront les premiers les lasers, comme d’autres types d’armes électromagnétiques, auront un avantage indéniable sur les autres, au XXI° siècle.

Les commentaires sont fermés sur Pour convaincre mais ouverts sur le même article sur AGS.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

jeudi 15 juillet 2010

2 ans déjà

Le blog fête sa deuxième année.
Dans l'année passée il a :
- reçu environ 80 000 visites (4 fois plus que l'année précédente)
- 30 000 visiteurs différents provenant de plus de 80 pays
- encore traité de sujets très variés du domaine de la défense et de la sécurité allant des opérations militaires à la géostratégie, en passant par la sécurité humaine...
- été intégré dans l'alliance géostratégique. Merci aux lecteurs et aux camarades blogueurs.
A bientôt.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

mercredi 14 juillet 2010

La République adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle

Je souhaite une bonne fête nationale à tous les Français et à tous ceux qui aiment la France. Le défilé fut humide sur les Champs-Elysées, mais encore une fois, les forces armées et la police furent au rendez-vous comme les pays amis africains. C'est toujours avec émotion que je croise les vétérans africains de l'armée française. Cela rappelle la notion de service et d'engagement. Bravo aux troupes, aux forces de sécurité et à la logistique !
Pour convaincre (crédit)
Le 14 juillet est notre fête nationale depuis 1880. J'ai été fort surpris de voir des journalistes d'une télévision se moquer de passants (tous n'étaient pas français) qui ne connaissaient pas la signification de ce jour. Et de conclure, nous fêtons la prise de la Bastille. Erreur, il s'agit de la fête de la fédération du 14 juillet 1790, unité de la France révolutionnaire et royaliste, unité du peuple et de l'armée et pont entre la France des rois et celle de la République, la même France.
Les débats du Sénat sont très clairs et ont un intérêt historique certains www.14juillet.senat.fr :

On connaît rarement l'année - 1880 - qui marque pour la France la consécration du 14 Juillet comme fête nationale. Voici les textes fondateurs : comme le dit Henri Martin, rapporteur au Sénat de la loi du 6 juillet faisant du 14 juillet une "journée Fête Nationale annuelle", "ce jour-là, le 14 juillet 1790, a fait, je ne veux pas dire l’âme de la France [...] mais la révolution a donné à la France conscience d’elle-même".

En 1878, le ministère Dufaure avait fixé au 30 juin une fête parisienne en l’honneur de la République. Elle est immortalisée par un tableau de Claude Monet. Le 14 juillet 1879 prend un caractère semi-officiel. Après une revue des troupes à Longchamp (le 13 juillet), une réception est organisée le 14 à la Chambre des députés à l’initiative de Gambetta qui la préside, une fête républicaine a lieu au pré Catelan en présence de Louis Blanc et de Victor Hugo. Dans toute la France, note Le Figaro : "on a beaucoup banqueté en l’honneur de la Bastille" (16 juillet 1879).

Le 21 mai 1880, Benjamin Raspail dépose une proposition de loi signée par 64 députés, selon laquelle " la République adopte comme jour de fête nationale annuelle le 14 juillet ". L’Assemblée vote le texte dans ses séances des 21 mai et 8 juin ; le Sénat l’approuve dans ses séances des 27 et 29 juin 1880 à la majorité de 173 contre 64, après qu’une proposition en faveur du 4 août eut été refusée.

La loi est promulguée le 6 juillet 1880. Le ministre de l’intérieur prescrit aux préfets de veiller à ce que cette journée " soit célébrée avec autant d’éclat que le comportent les ressources locales ".

La fête célébrée cette année-là fut à la mesure de l'événement.


Documents

Sénat, séance du 29 juin 1880

Discussion du projet de loi ayant pour objet l'établissement d'une fête nationale

M. Le président. La parole est à M. le rapporteur.

M. Henri Martin, rapporteur. Messieurs, nous ne pouvons que remercier l'honorable orateur, auquel je réponds, de l'entière franchise, de l'entière loyauté avec laquelle il a posé la question comme elle doit être posée, entre l'ancienne société et la société nouvelle, issue de la Révolution.

Cette ancienne société, cette monarchie, messieurs, nous vous l'avons dit bien des fois, nous en acceptons tout ce qui a été grand, tout ce qui a été national, tout ce qui a contribué à faire la France.

Mais où en était-elle, à la veille du 14 juillet 1789 ?

Vous le savez : la royauté, arrivée au pouvoir le plus illimité qu'on ait vu en Europe, était devenue incapable d'en user ; elle-même se vit contrainte d'en appeler à la nation, après un siècle et trois quarts d'interruption des Assemblées nationales de l'ancien régime. (C'est vrai ! - Très-bien ! à gauche.)

Je n'ai pas la prétention de vous refaire l'histoire de cette grande année 1789 ; mais enfin, puisqu'on vient de faire ici le procès du 14 juillet, puisqu'on a symbolisé, dans ce petit acte de guerre qu'on appelle la prise de la Bastille (Rires ironiques à droite) et qui est un très-grand événement historique, tout l'ensemble de la Révolution, il faut bien que nous nous rendions compte, en quelques mots, de la situation où étaient alors Paris et la France.

Le 17 juin 1789, le Tiers Etat s'était déclaré Assemblée nationale. Le 20 juin, la salle de l'Assemblée nationale fut fermée par ordre de la cour. Vous savez où se transporta l'Assemblée, à la salle du Jeu de Paume ! Vous savez aussi quel serment elle y prononça ! L'ère moderne tout entière est sortie de ce serment.

Le 23, déclaration du roi annulant tous les actes de l'Assemblée nationale et la sommant de se séparer.

L'Assemblée ne se sépara pas. La cour parut céder. Mais, le 11 juillet, le ministre populaire, qui était l'intermédiaire entre la cour et le pays, M. Necker, fut congédié, remplacé par un ministère de coup d'Etat ; en même temps, on appela, on concentra autour de Paris une armée entière, une armée, ne l'oubliez pas, messieurs, en très-grande partie étrangère.

A gauche. C'est vrai ! Très-bien !

M. le rapporteur. Et le même jour, le nouveau conseil décida l'émission de cent millions de papier-monnaie, attendu qu'il ne pouvait plus espérer obtenir des ressources de l'Assemblée nationale. C'était la préface de la banqueroute, comme la préface d'un coup d'Etat.

Le malheureux Louis XVI était retombé dans les mains de ceux qui devaient le mener à sa perte. Eh bien, le même jour, dans Paris, vous vous rappelez ce qui se passa au Palais-Royal, cet épisode fameux d'où sortit le grand mouvement des trois journées qui suivirent. Cette petite action de guerre à laquelle je faisais allusion tout à l'heure, en manifestant la force populaire, mit à néant tout les projets arrêtés contre l'Assemblée nationale ; cette petite action de guerre sauva l'avenir de la France. Elle assura l'existence et la puissance féconde de l'Assemblée nationale contre toutes les tentatives de violence qui la menaçaient (Nouvelle approbation sur les mêmes bancs).

On parlait de conflit du peuple et de l’armée, dont il ne fallait pas réveiller le souvenir ; mais contre qui le peuple, soutenu par les gardes françaises, avait-il été engagé, dans les rues, sur les places de Paris, durant les deux journées qui ont précédé le 14 juillet ? Qu’est-ce qu’il y avait autour de Paris et surtout dans Paris ? De l’infanterie suisse, de la cavalerie allemande, de la cavalerie hongroise, dix régiments étrangers, peu de troupes françaises, et c’est contre ces régiments étrangers que les gardes-françaises avaient défendu le peuple et l’Assemblée.

Laissons donc ces souvenirs qui ne sont pas ceux d’une vraie guerre civile.

Il y a eu ensuite, au 14 juillet, il y a eu du sang versé, quelques actes déplorables ; mais, hélas ! dans tous les grands événements de l’histoire, les progrès ont été jusqu’ici achetés par bien des douleurs, par bien du sang. Espérons qu’il n’en sera plus ainsi dans l’avenir. (Très bien ! à gauche. - Interruptions à droite.)

A droite. Oui, espérons !

M. Hervé de Saisy. Nous n’en sommes pas bien sûrs !

M. le rapporteur. Nous avons le droit de l’espérer. Mais n’oubliez pas que, derrière ce 14 juillet, où la victoire de l’ère nouvelle sur l’ancien régime fut achetée par une lutte armée, n’oubliez pas qu’après la journée du 14 juillet 1789 il y a eu la journée du 14 juillet 1790. (Très-bien ! à gauche.)

Cette journée-là, vous ne lui reprocherez pas d’avoir versé une goutte de sang, d’avoir jeté la division à un degré quelconque dans le pays, Elle a été la consécration de l’unité de la France. Oui, elle a consacré ce que l’ancienne royauté avait préparé.

L’ancienne royauté avait fait pour ainsi dire le corps de la France, et nous ne l’avons pas oublié ; la Révolution, ce jour-là, le 14 juillet 1790, a fait, je ne veux pas dire l’âme de la France, - personne que Dieu n’a fait l’âme de la France, - mais la Révolution a donné à la France conscience d’elle-même(Très-bien ! sur les mêmes bancs) ; elle a révélé à elle-même l’âme de la France. Rappelez-vous donc que ce jour-là, le plus beau et le plus pur de notre histoire, que d’un bout à l’autre du pays, les Pyrénées aux Alpes et au Rhin, tous les Français se donnèrent la main. Rappelez-vous que, de toutes les parties du territoire national, arrivèrent à Paris des députations des gardes nationales et de l’armée qui venaient sanctionner l’œuvre de 89. Rappelez-vous ce qu’elles trouvaient dans ce Paris : tout un peuple, sans distinction d’âge ni de sexe, de rang ni de fortune, s’était associé de cœur, avait participé de ses mains aux prodigieux préparatifs de la fête de la Fédération ; Paris avait travaillé à ériger autour du Champ-de-Mars cet amphithéâtre vraiment sacré qui a été rasé par le second empire. Nous ne pouvons plus aujourd’hui convier Paris et les départements sur ces talus du Champ-de-Mars où tant de milliers d’hommes se pressaient pour assister aux solennités nationales.

M. Lambert de Sainte-Croix. Il faut faire dire une messe !

M. le rapporteur. Nous trouverons moyen de remplacer le Champ-de-Mars. Un peuple trouve toujours moyen d’exprimer ce qu’il a dans le cœur et dans la pensée ! Oui, cette journée a été la plus belle de notre histoire. C’est alors qu’a été consacrée cette unité nationale qui ne consiste pas dans les rapports matériels des hommes, qui est bien loin d’être uniquement une question de territoire, de langue et d’habitudes, comme on l’a trop souvent prétendu. Cette question de nationalité, qui a soulevé tant de débats, elle est plus simple qu’on ne l’a faite. Elle se résume dans la libre volonté humaine, dans le droit des peuples à disposer de leur propre sort, quelles que soient leur origine, leur langue ou leurs moeurs. Si des hommes associés de sentiments et d'idées veulent être frères, ils sont frères. Contre cette volonté, la violence ne peut rien, la fatalité ne peut rien, la volonté humaine y peut tout. Ce qu’une force fatale a fait, la libre volonté le défait. Je crois être plus religieux que personne en proclamant cette puissance et ce droit de la volonté humaine contre la prétendue force des choses qui n’est que la faiblesse des hommes. (Très-bien ! très-bien à gauche.)

Si quelques-uns d’entre vous ont des scrupules contre le premier 14 juillet, ils n’en ont certainement pas quant au second. Quelles que soient les divergences qui nous séparent, si profondes qu’elles puissent être, il y a quelque chose qui plane au-dessus d’elles, c’est la grande image de l’unité nationale, que nous voulons tous, pour laquelle nous nous lèverions tous, prêts à mourir, si c’était nécessaire. (Approbation à gauche.)

M. le vicomte de Lorgeril. Et l’expulsion de demain ? (Exclamations à gauche.)

M. le rapporteur. Oui, je ne doute pas que ce soit là un sentiment unanime, et j’espère que vous voterez unanimement cette grande date qu’aucune autre ne saurait remplacer ; cette date qui a été la consécration de la nationalité française et qui restera éternellement gravée dans le cœur des Français.

Sans doute, au lendemain de cette belle journée, les nuages s’assemblèrent de nouveau, la foudre en sortit : la France, en repoussant d’une main l’étranger, se déchira de l’autre main, mais, à travers toutes les calamités que nous avons subies, à travers tous ces courants d’action et de réaction qui ont si longtemps désolé la France, cette grande image et cette grande idée de la Fédération n’ont pas cessé de planer sur nos têtes comme un souvenir impérissable, comme une indomptable espérance.

Messieurs, vous consacrerez ce souvenir, et vous ferez de cette espérance une réalité. Vous répondrez, soyez-en assurés, au sentiment public, en faisant définitivement du 14 juillet, de cette date sans égale qu’a désignée l’histoire, la fête nationale de la France. (Applaudissements à gauche.)

Rapport

fait au nom de la commission chargée d’examiner le projet de loi, adopté par la Chambre des députés, ayant pour objet l’établissement d’un jour de fête nationale annuelle, par M. Henri Martin, sénateur.

Messieurs, le Sénat a été saisi d’une proposition de loi votée, le 10 juin dernier, par la Chambre des députés, d’après laquelle la République adopterait la date du 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle.

La commission, qui m’a fait l’honneur de me nommer son rapporteur, a délibéré sur le projet de loi dont vous avez bien voulu lui confier l’examen.

Deux de nos collègues ont combattu, non la pensée d’une fête nationale, mais la date choisie pour cette fête. Ils ont proposé deux autres dates, prises dans l’histoire de la Révolution, et qui, toutes deux, avaient, suivant eux, l’avantage de ne rappeler ni luttes intestines, ni sang versé. L’un préférait le 5 mai, anniversaire de l’ouverture des Etats généraux en 1789 ; l’autre recommandait le 4 août, dont la nuit fameuse est restée dans toutes les mémoires.

La majorité, composée des sept autres membres de la commission, s’est prononcée en faveur de la date votée par la Chambre des députés. Le 5 mai, date peu connue aujourd’hui du grand nombre, n’indique que la préface de l’ère nouvelle : les Etats généraux n’étaient pas encore l’Assemblée nationale ; ils n’étaient que la transition de l’ancienne France à la France de la Révolution.

La nuit du 4 août, bien plus caractéristique et plus populaire, si grand qu’ait été le spectacle qu’elle a donné au monde, n’a marqué cependant qu’une des phases de la Révolution, la fondation de l’égalité civile.

Le 14 juillet, c’est la Révolution tout entière. C’est bien plus que le 4 août, qui est l’abolition des privilèges féodaux ; c’est bien plus que le 21 septembre, qui est l’abolition du privilège royal, de la monarchie héréditaire. C’est la victoire décisive de l’ère nouvelle sur l’ancien régime. Les premières conquêtes qu’avait values à nos pères le serment du Jeu de Paume étaient menacées ; un effort suprême se préparait pour étouffer la Révolution dans son berceau ; une armée en grande partie étrangère, se concentrait autour de Paris. Paris se leva, et, en prenant la vieille citadelle du despotisme, il sauva l’Assemblée nationale et l’avenir.

Il y eut du sang versé le 14 juillet : les grandes transformations des sociétés humaines, - et celle-ci a été la plus grande de toutes, - ont toujours jusqu’ici coûté bien des douleurs et bien du sang. Nous espérons fermement que, dans notre chère patrie, au progrès par les Révolutions, succède, enfin ! le progrès par les réformes pacifiques.

Mais, à ceux de nos collègues que des souvenirs tragiques feraient hésiter, rappelons que le 14 juillet 1789, ce 14 juillet qui vit prendre la Bastille, fut suivi d’un autre 14 juillet, celui de 1790, qui consacra le premier par l’adhésion de la France entière, d’après l’initiative de Bordeaux et de la Bretagne. Cette seconde journée du 14 juillet, qui n’a coûté ni une goutte de sang ni une larme, cette journée de la Grande Fédération, nous espérons qu’aucun de vous ne refusera de se joindre à nous pour la renouveler et la perpétuer, comme le symbole de l’union fraternelle de toutes les parties de la France et de tous les citoyens français dans la liberté et l’égalité. Le 14 juillet 1790 est le plus beau jour de l’histoire de France, et peut-être de toute l’histoire. C’est en ce jour qu’a été enfin accomplie l’unité nationale, préparée par les efforts de tant de générations et de tant de grands hommes, auxquels la postérité garde un souvenir reconnaissant. Fédération, ce jour-là, a signifié unité volontaire.

Elles ont passé trop vite, ces heures où tous les coeurs français ont battu d’un seul élan ; mais les terribles années qui ont suivi n’ont pu effacer cet immortel souvenir, cette prophétie d’un avenir qu’il appartient à nous et à nos fils de réaliser.

Votre commission, pénétrée de la nécessité de donner à la République une fête nationale ;

Persuadée par l’admirable exemple qu’a offert le peuple de Paris le 30 juin 1878, que notre époque est capable d’imprimer à une telle fête un caractère digne de son but ;

Convaincue qu’il n’est aucune date qui réponde comme celle du 14 juillet à la pensée d’une semblable institution,

Votre commission, messieurs, a l’honneur de vous proposer d’adopter le projet de loi voté par la Chambre des députés.

L’un de nos collègues avait pensé qu’il serait utile d’ajouter la qualification de légale à celle de nationale que la Chambre des députés a appliquée à la fête du 14 juillet, et ce afin de préciser les conséquences juridiques qui découleront de l’adoption de la présente loi.

Comme une fête consacrée par une loi est nécessairement une fête légale, votre commission a pensé que cette addition n’avait point d’utilité, et qu’il n’y avait pas lieu de modifier la rédaction du projet de loi qui vous est présenté ainsi qu’il suit.

Projet de loi

Article unique. - La République adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle.

Programme de la fête nationale du 14 juillet 1880

Distribution de secours aux indigents. Grands concerts au jardin des Tuileries et au jardin du Luxembourg. Décorations de certaines places, notamment de la place de la Bastille et de la place Denfert où l’on verra le fameux Lion de Belfort qui figurait au Salon de cette année, monument élevé au colonel Denfert-Rochereau, de glorieuse mémoire - illuminations, feux d’artifices - ajoutons les fêtes locales, comprenant des décorations, des trophées, des arcs de triomphe et le tout organisé par les soins des municipalités de chaque arrondissement avec le concours des habitants.

Deux cérémonies importantes doivent dominer toute la fête : la distribution des nouveaux drapeaux à l’armée et l’inauguration, sur l’ancienne place du Château d’eau, du monument surmonté de la figure de la République, monument qui a fait l’objet d’un concours ouvert l’année dernière par la Ville de Paris.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

mardi 13 juillet 2010

Découvrir chroniques méso-asiennes

Aujourd'hui je vous propose de découvrir le blog Chroniques méso-asiennes, animé par Alexandre Guerin. Vous le connaissez déjà, si vous venez depuis quelques temps sur Pour convaincre. Il mérite quelques visites régulières.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

lundi 12 juillet 2010

Nouveau site Internet du ministère de la Défense

Le ministère de la défense vient de moderniser son site Internet http://www.defense.gouv.fr.
Ce nouveau site est beaucoup plus pratique que l'ancien. Le design est soigné (plus d'images) et la navigation facilitée par des rubriques plus accessibles. Un point à noter, la présence d'une version en anglais et en espagnol. Pour mieux jauger le site, il faut s'y rendre... Je conseille donc quelques visites...

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

dimanche 11 juillet 2010

Pays-Bas Espagne : un derby ?

A l'heure de l'Europe et d'une apparente intangibilité des frontières, on oublierait presque que l'Espagne et les Pays-Bas ont une longue histoire commune et des points communs historiques (empires coloniaux ). A l'échelle du monde, cette finale pourrait être considérée comme un derby !
Allez, on oublie les Pays-bas espagnols et place au jeu (enfin j'espère...).

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

samedi 10 juillet 2010

Bilan social des armées 2009

Le secrétariat général pour l'administration du ministère français de la Défense vient de mettre en ligne le bilan social 2009 des armées. Une mine de renseignements intéressants.
Sommaire :
  • Chapitre 1 – Le personnel de la Défense
  • Chapitre 2 – Les mouvements de personnel
  • Chapitre 3 – Les dépenses liées au personnel
  • Chapitre 4 – La formation
  • Chapitre 5 – La reconversion
  • Chapitre 6 – Les conditions de travail
  • Chapitre 7 – Les relations professionnelles
  • Chapitre 8 – La politique sociale
  • Chapitre 9 – La réserve

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

vendredi 9 juillet 2010

La tactique du filet de pêche par Mao ou les principes de la guerre de partisans

Les principes de la guerre de partisans selon le jeune Mao sont :
  • Disperser les forces pour soulever les masses, concentrer les forces pour faire face à l'ennemi
  • L'ennemi avance, nous reculons ; l'ennemi s'immobilise, nous le harcelons ; l'ennemi s'épuise, nous le frappons ; l'ennemi recule, nous le pourchassons.
  • Pour créer des bases révolutionnaires stables, recourir à la tactique de la progression par vagues. Au cas où l'on est talonné par un ennemi puissant, adopter la tactique qui consiste à tourner en rond.
  • Dans le minimum de temps, avec les meilleures méthodes, soulever les masses les plus larges.
Fichier:Long-march.jpg
Mao énonce cette tactique/stratégie qu'il compare au filet de pêche en 1930.
Toute ressemblance avec des insurrections plus récentes,...

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

mardi 6 juillet 2010

Optronique et défense dans blogosphère de défense et de sécurité

J'accueille avec plaisir un jeune blog dans Blogosphère de défense et de sécurité depuis hier. Il s'agit d'Optronique et défense qui aborde l'optronique en adoptant un prisme défense et sécurité. Tout cela mérite quelques visites et plus si affinité. En tout cas, il est dans mon blogroll. Bienvenue.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

lundi 5 juillet 2010

Vostok 2010 ou le retour militaire de la Russie ?

Placé sous le commandement du chef de l'état-major général Nikolaï Makarov, l'exercice Vostok 2010 (29 juin au 8 juillet 2010) est l'un des exercices majeurs les plus importants de l'armée russe depuis de nombreuses années : commandement et manoeuvres interarmées, mobilité, projection de forces terrestres, aériennes et maritimes, déplacements stratégiques, etc.
Le président Medvedev s'est rendu sur place pour suivre l'exercice qui regroupe environ 20 000 hommes, 2500 véhicules blindés, 70 aéronefs (Su-24, Tu-95MS, Su-25, Su-34, A-50, 12PPS-, IL-78, IL-76, Mi-24, Mi-8) et 30 bâtiments de guerre.
Sur le Pierre le grand, le 4 juillet 2010, le président Medvedev a déclaré "Ces manoeuvres montrent que nous sommes prêts à garantir la sécurité dans la zone Asie-Pacifique. Il y a quelques jours, j'ai présidé une réunion sur la question du développement de la coopération entre les pays de la zone Asie-Pacifique. C'est une dimension, qui est très importante pour nous, car c'est une région qui se développe et qui croît rapidement."
Ces exercices montrent la capacité russe à défendre la Sibérie et l'Extrême-Orient. L'invitation des Chinois (une délégation menée par le lieutenant-général Hou Shusen, chef adjoint d'Etat-major de l'APL) peut ainsi être interprétée comme une volonté de coopération et une manière de dire "ne venez pas me chercher chez moi, sinon...".
De plus, cela montre aux armées occidentales, et autres, que les réformes en cours portent leurs fruits et que ce n'est qu'un début ! La Russie est bien de retour, pour ceux qui en doutaient...
Voir le diaporama de Novosti. Désolé pour les vidéos en russe, je n'ai pas la traduction.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

dimanche 4 juillet 2010

Artilleries, le thème de juillet d'AGS

Le thème du mois sur AGS est Artilleries. Ce thème est plus large qu'il n'y parait. De la baliste au laser, en passant par le trébuchet, la bombarde, l'obusier, le missile ou même la bombe atomique. Le sujet est large et regroupe tous les espaces : terrestres, maritime, aérien, exoatmosphérique, voire même le cyberespace. Si vous avez des billets de qualité à fournir, n'hésitez pas à contribuer ! Sinon, bonnes lectures.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

samedi 3 juillet 2010

Cardinal Sfeir : le Hezbollah poursuit des objectifs qui lui sont propres et dispose de son armée

Le Cardinal Sfeir a réitéré ses charges contre le Hezbollah (dont les armes transitent par la Syrie selon le rapport parlementaire), parti dont il cherche régulièrement à diminuer l'influence, et a rappelé les liens étroits entre la France et le Liban. Un contrepoids à la montée de l'emprise syro-iranienne ?
Wiki
Quelques extraits :
Nous sommes sûrs des liens historiques qui lient la France et le Liban. La France a été la puissance mandataire et à cette occasion se sont tissées des relations d’amitié qui remontent loin et nous entendons qu’elles restent ce qu’elles ont été. Les très nombreux jeunes Libanais qui étudient dans les universités françaises sont le gage de la pérennité de cette amitié. La France a toujours été au côté des Libanais, surtout dans les difficultés, et les difficultés actuellement ne manquent pas avec des pays bien connus de tous qu’il n’est pas besoin de nommer. J’espère que ces relations d’amitié continueront à produire des effets bénéfiques pour les deux pays.
*
Le Hezbollah poursuit des objectifs qui lui sont propres et dispose de son armée. Pourtant, dans aucun pays, on accepte que coexistent deux armées ! Cela crée évidemment des difficultés, d’autant que ce mouvement reçoit un soutien et des armes de pays voisins.
*
Le Hezbollah a des ambitions, il est soutenu par certains pays qui l’arment. Il défend ses positions, qui s’éloignent des positions officielles. Il ne faut pas s’en étonner : on ne peut avoir deux armées dans un même pays. Quant à Israël, pour tous les pays arabes, c’est l’ennemi, même si certains entretiennent des relations secrètes avec lui. On ne peut ignorer les ambitions d’Israël sur le Liban, qui a résisté à l’invasion.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

vendredi 2 juillet 2010

L'interarmes et l'interarmées, une vision du 17ème siècle

La Fontaine nous offre une bonne leçon d'interarmes et d'interarmées (ajoutons un dauphin et un aigle) dans Le Lion s’en allant en guerre. Il faut de tout pour faire la guerre, en combinant les effets.
Le lion dans sa tête avait une entreprise.
Il tint conseil de guerre, envoya ses Prévots,
Fit avertir les animaux :
Tous furent du dessein, chacun selon sa guise.
L’Eléphant devait sur son dos
Porter l’attirail nécessaire
Et combattre à son ordinaire,
L’Ours s’apprêter pour les assauts ;
Le Renard ménager de sécrètes pratiques,
Et le Singe amuser l’ennemi par ses tours.
Renvoyez, dit quelqu’un, les Anes qui sont lourds,
Et les Lièvres sujets à des terreurs paniques.
— Point du tout, dit le Roi, je les veux employer.
Notre troupe sans eux ne serait pas complète.
L’Âne effraiera les gens, nous servant de trompette,
Et le Lièvre pourra nous servir de courrier.
Le monarque prudent et sage
De ses moindres sujets sait tirer quelque usage,
Et connaît les divers talents :
Il n’est rien d’inutile aux personnes de sens.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger