Pages

dimanche 7 novembre 2010

Lire Le casque et la plume

Le casque et la plume - oui c'est le casque - est un ouvrage peu commun. Il traite du domaine militaire de manière tout à fait originale. Il s'agit de lettres d'un chef de corps, le colonel Kempf, à ses commandants d'unité, au fil de son temps de commandement. Vous n'y lirez pas des descriptions de combats et encore moins une copie des règlements en vigueur, vous découvrirez la vie d'un régiment de l'armée de Terre française, dans les années 2000, entre opérations, entraînement et vie de quartier. D'accord ou non avec les conseils ou les ordres que vous lirez, vous comprendrez mieux les difficultés et les satisfactions de l'exercice actuel du commandement militaire.
A qui ce livre s'adresse-t-il ? Les militaires n'ayant pas commandé d'unité élémentaire y comprendront peut-être mieux leurs chefs et pourront se préparer, pour certains, à exercer ces responsabilités aussi passionnantes que difficiles. Les militaires ayant commandé une unité élémentaire reliront avec un brin de nostalgie des lettres qui leur rappelleront un temps parfois révolu.
Au-delà des militaires, tous les civils exerçant une responsabilité de management y trouveront une source alternative d'inspiration, différente du livre de cours ou de la biographie de telle ou telle personne.
Finalement, si vous n'appartenez à aucune de ces catégories, juste pour le plaisir et l'aventure humaine, vous y trouverez votre compte. Et cela, en ayant à l'esprit les mots de Clausewitz : "Toute activité guerrière se rapporte donc nécessairement à l'engagement, que ce soit de façon directe ou indirecte. Le soldat est recruté, vêtu, armé, instruit ; il dort, mange, boit et marche uniquement en vue de combattre au bon moment et au bon endroit".
En définitive, vous avez compris que j'avais aimé et que je vous en conseille la lecture.
Présentation de l'éditeur :
Le colonel Kempf a commandé à des cavaliers et des tringlots, des légionnaires et des marsouins, des appelés et des engagés (d'avant et d'après la professionnalisation), dans des régiments classiques ou expérimentant les bases de défense. Il a commandé en métropole, tout comme il a commandé en opération, dans un cadre onusien, otanien, européen ou national, dans les Balkans, en Côte d'Ivoire ou au Tchad, sans compter d'autres séjours individuels. Comme d'autres, autant que d'autres, il sait ce dont il parle. Car voici un recueil de lettres qu'il adressait, chaque mois, à ses capitaines. Non pas pour détailler ce qui était dit au grand rapport ou pour donner des consignes pour la prochaine manoeuvre ou la prochaine Opex, mais pour les aider à lever la tête au-dessus de l'horizon. Etre dans l'action du commandement ne doit pas être un obstacle à la réflexion : signature, visites d'autorité, cas de commandement, permissions, absences, ces pratiques anodines et quotidiennes sont souvent négligées, comme si elles n'étaient pas sérieuses. Or, elles préparent tout autant à la guerre, pour peu qu'on y réfléchisse, puisqu'à la fin, le feu tue, et cela n'a pas changé. Un livre pour tous ceux qui ont la responsabilité d'hommes : chefs militaires, bien sûr, mais aussi manageurs civils.
Lire aussi

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire