Pages

vendredi 16 juillet 2010

L'artillerie laser ou un futur de l'artillerie

Le thème de juillet est l’artillerie ou plutôt les artilleries. Je souhaitais brièvement évoquer quelques considérations sur l’artillerie laser qui relève autant de la guerre électronique que de l'artillerie. Non, elle n'existe pas encore, mais c'est peut-être pour bientôt. Dans ce cas, il s'agit non plus de projeter des objets matériels mais une puissance électromagnétique.

ATL crédit US DoD

Déjà, lors de l’attaque de Syracuse par la flotte romaine (215 av J-C), la légende prête à Archimède d’avoir utilisé des miroirs géants pour concentrer les rayons du soleil dans les voiles romaines et ainsi, les enflammer. Les Soviétiques avaient développé un programme de lasers tactiques dans les années 1980 qui était considéré comme performant à l’époque. Selon les Etats-Unis, ils auraient testé des lasers en Afghanistan, durant leur déploiement. Actuellement, les technologies sur les lasers, utilisés comme artillerie, ne sont toujours pas au point mais avancent très vite.

Le 26 janvier 2009, un laser ATL (Advanced tactical laser) de la société Boeing, monté sur un Avenger, avait réussi à descendre un drone en vol, dans un contexte se rapprochant du contexte opérationnel. Le 30 août dernier, aux alentours de la base de Kirtland (Nouveau Mexique), Boeing et l’US Air Force ont réussi à acquérir puis à détruire un véhicule au sol, à partir d’un C-130H équipé d’ATL. Ce test était plus difficile à réaliser que celui du 26 janvier, en raison des conditions de vol par rapport à un radar au sol. Le 11 février 2010, dans le cadre de la défense anti-missile balistique, les Etats-Unis ont prouvé qu’ils étaient capables de détruire un missile balistique dans un test opérationnel, au-dessus du Pacifique.

D’autres exemples d’expérimentations existent comme celui du Mobile Tactical High Energy Laser (MTHEL) de Northrop Grumman Corporation, lancé durant les années 1990 par les Etats-Unis et Israël. Au début des années 2000, ce laser a permis de détruire des roquettes et des obus en vol. Ces travaux permettront de créer un véritable bouclier laser.

En 2009, selon M. Greg Hyslop, vice-président de la firme et manager général de Boeing missile defense systems, les armes à énergie dirigée vont transformer l’espace de bataille et sauver des vies en donnant aux combattants une capacité d’engagement hyperprécise à la vitesse de la lumière, tout en réduisant les dommages collatéraux.

Quels seront les avantages des lasers ? :

  • Diminuer les flux logistiques dont l’artillerie consomme une très bonne partie

  • Avoir une portée accrue (à vue seulement) par rapport aux projectiles

  • Quasi instantanéité des attaques (absence de problématique du vol du projectile)

  • Possibilité, à terme, de traiter des projectiles de petites tailles durant leur progression balistique

  • Un potentiel évident de destruction anti-personnel (sujet encore tabou)

  • Etc.

En définitive, le développement des lasers constitue une avancée majeure dans l’histoire de l’armement. Il préfigure, à long terme, une “révolution” dans l’art de la guerre. Les lasers sont précis et peuvent délivrer leur puissance de manière presque instantanée à très grande distance. Lorsque les techniques nécessaires (source d’énergie compacte, stabilisation, poursuite, détection, etc.) seront pleinement opérationnelles, pour un coût acceptable, la destruction de mobiles sera plus facile qu’avec des projectiles qui ont un temps de vol et une précision moindre.

Le refus de la technologie ou le manque d’investissement dans le domaine des lasers de combat de forte puissance, pourraient devenir rapidement dangereux pour ceux qui ne possèderaient pas de telles armes. Il est facile d’écrire que ces armes ne sont pas opérationnelles. C’est vrai. Mais lorsqu’elles le seront, les pays qui maîtriseront les premiers les lasers, comme d’autres types d’armes électromagnétiques, auront un avantage indéniable sur les autres, au XXI° siècle.

Les commentaires sont fermés sur Pour convaincre mais ouverts sur le même article sur AGS.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger