Pages

samedi 22 mai 2010

Les "cybercommand" américains montent en puissance

Les Etats-Unis poursuivent leur réorganisation pour faire face à l'enjeu du cyberespace. L'armée de terre américaine va stationner, avant octobre 2010, l'Army forces cyber command, dans la région de Washington, lieu de stationnement d'autres cybercommand. Ce commandement constituera la composante Terre de l'U.S. Cyber Command. Il pourrait regrouper plus de 21 000 civils et militaires et sera à pleine capacité opérationnelle en octobre 2010.
Il devrait avoir sous ses ordres les unités suivantes :
  • U.S. Army Network Enterprise Technology Command
  • 9th Signal Command (Army)
  • une partie du 1st Information Operations Command (Land)
  • le U.S. Army Intelligence and Security Command pour ce qui concerne les actions cyber
US Army
L'armée de l'air américaine n'est pas en reste. Sur la base de Lackland (San Antonio, Texas), elle construit un bâtiment de 3500 m2 pour un centre de commandement dédié au cyber (68th Network Warfare Squadron et 710th Information Operations Flight). Ce centre à proximité d'un centre de cryptologie de la NSA, du centre de renseignement de l'Air force, du commandement interarmées des opérations d'information et du groupement de soutien crypto de l'Air force. Il devrait accueillir environ 400 employés.
Afin d'assurer une centralisation du commandement des moyens cyber des armées, ce commandement pourrait être déployé à Fort Meade, siège de la puissance NSA et des autres cyber commandement. Par ailleurs, le 22 mai 2010, le secrétaire à la défense, M. Robert Gates, a annoncé que le commandant du 1er US cybercommand, commandement subordonné au strategic command, partiellement opérationnel, serait le général d'armée Keith B. Alexander.
US Air force
Les Etats-Unis poursuivent leur montée en puissance dans le cyberespace. L'OTAN devrait suivre, de manière plus lente, après l'adoption du futur concept. En l'absence de statut juridique particulier international (les réseaux sont soumis aux lois des Etats) et surtout de frontières claires pour délimiter les zones sous souveraineté des Etats ou en partage international, il semble que les forces de défense américaines, se mettent en ordre de bataille pour défendre les intérêts des Etats-Unis. Un exemple à méditer ?
US Gov
Autres billets sur le cyber
Blog allié spécialisation : Cyberstratégie Est-Ouest
A lire dans le dernier numéro de DSI (59) : Vers une stratégie de milieu pour préparer les conflits dans le cyberespace ?

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

3 commentaires:

  1. Je ne voit pas l'intérêt d'avoir un commandement particulier pour chaque arme pour la guerre informatique.

    RépondreSupprimer
  2. L'intérêt est multiple, selon moi, avec des fondements plus ou moins importants (opérations, culture d'armée, taille des armées US) :
    - les opérations cyber ne peuvent être dé-corrélées des opérations plus classiques qui ne sont pas toutes interarmées
    - le poids de l'histoire est important. Le personnel s'est engagé dans une armée et n'est pas forcément très enclin à être mélangé avec d'autres armées
    - l'armée américaine est tellement gigantesque qu'il faut de toute façon des relais de commandement

    C'est tout à fait discutable et d'autres formes d'organisation pourraient être efficaces.

    RépondreSupprimer
  3. Internet est de moins en moins libre...

    RépondreSupprimer