Pages

samedi 10 avril 2010

Changement climatique

Le premier cycle de négociations formelles sur le changement climatique depuis le Sommet de Copenhague de décembre 2009 a débuté à Bonn, le 29 avril 2010, en Allemagne sous l'égide des Nations Unies, selon un communiqué du secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).
Le changement climatique est un enjeu géostratégique. L'angle sécuritaire adopté par l'ONU pour traiter ces problématiques reste centré sur les réfugiés, les bouleversements sociaux et économiques et peu sur les conséquences potentielles. Il est assez frappant d'observer que l'ONU qui dispose de peu de militaires en activité parmi ses grandes instances dirigeantes (en dehors de celles relatives aux opérations de la paix), semble avoir du mal à en tirer les conséquences en matière de défense, voire de potentialité de guerre (la continuation de la politique par d'autres moyens).
Le changement climatique m'apparaît d'abord, peut-être à tord, comme un problème potentiel de confrontation violente entre des acteurs étatiques ou non, issus de changement d'équilibres sécuritaires (économiques, sociaux, sanitaires, alimentaire, etc. ). Devant la difficulté de l'ONU à gérer le problème à la source, il faudra bien envisager de gérer les conséquences. J'ai bien peur que le danger statistiquement le plus important ne soit pas d'avoir les pieds dans l'eau ou d'avoir le ciel qui tombe sur la tête, mais bien de voir resurgir le spectre des guerres interétatiques. La parole est à vous.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

3 commentaires:

  1. "J'ai bien peur que le danger statistiquement le plus important ne soit pas d'avoir les pieds dans l'eau ou d'avoir le ciel qui tombe sur la tête, mais bien de voir resurgir le spectre des guerres interétatiques" : c'est un peu ce que dit Nicolas Hulot dans les premières minutes du "Syndrome du Titanic".

    RépondreSupprimer
  2. Dans la mesure où le changement climatique affecte la géographie physique, il est susceptible, à terme, d'avoir des répercussions géopolitique dans la mesure où il engendre une redistribution de certains facteurs de puissances naturels. L'accès à l'eau en est un parfait exemple et les illustrations ne manquent pas à ce sujet.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne regarde pas "Nicolas Hulot", sous toutes ses formes. Vous m'apprenez donc quelque chose. Je vais devoir faire un effort.
    Cordialement

    RépondreSupprimer