Pages

jeudi 11 mars 2010

L'insurrection papoue par l'ICG

C'est tellement rare ! Je salue le rapport de l'ICG, nommé RADICALISATION AND DIALOGUE IN PAPUA, qui vient de sortir. Cette rébellion oubliée n'intéresse presque personne et pourtant... elle mériterait d'être étudiée sous ses aspects sécuritaires mais aussi économiques (cf. mine de Grasberg). A lire.
flickr.com

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

2 commentaires:

  1. Voici en effet une insurrection bien oubliée. Et pour cause :

    1) Depuis 1963, le mouvement insurrectionnel papou n’a jamais réussi à faire basculer son combat au-delà d’un niveau de violence qui aurait non seulement attiré l’œil des gouvernants mondiaux (dont l’ONU) et des militaires, surtout des spécialistes du domaine. Face à l’Indonésie évoluant vers plus de démocratie dans le temps, le mouvement de Goliath Tabuni a donc perdu la guerre de l’information.

    2) Récemment, le gouvernement indonésien a mis un terme aux dernières discriminations touchant les papous pour leur conférer une nationalité pleine et entière, leur permettant ainsi de faire carrière dans l’administration jusqu’au plus haut sommet. En agissant ainsi, l’Indonésie prive l’insurrection d’une forme de rancœur qui pouvait lui apporter des soutiens, voire déstabilise durablement ses revendications en la prenant de vitesse.

    Enfin, dernier point anecdotique : tout le monde n’ignorait pas cette « petite guerre »… N’oublions pas que pendant plus de 15 ans la Papouasie a été en raison de cette insurrection le champ de bataille d’une entreprise aujourd’hui défunte mais qui a été la « mère spirituelle » de toutes les SMP actuelle : Executive Outcomes.

    RépondreSupprimer
  2. Je resignale au passage le blog d'Eeben Barlow, le fondateur d'EO (cf. mon blogroll)
    http://eebenbarlowsmilitaryandsecurityblog.blogspot.com/
    Pour l'insurrection, elle est peu médiatique, a peu d'armes (parfois seulement des arcs) et s'attaque souvent à la mine de Grasberg d'intérêt stratégique mondial. Elle est donc assez mal partie, pour encore de nombreuses années.
    Pour la démocratie indonésienne, elle est toute relative selon les critères occidentaux. Mais bon, ils ne sont pas occidentaux.

    RépondreSupprimer