Pages

samedi 19 décembre 2009

Cachemire : la guerre froide se détend ?

L'armée indienne vient d'annoncer qu'elle retirait 30 000 soldats du Cachemire, soit l'équivalent de deux divisions d'infanterie chargées de missions de sécurité intérieure, par l'intermédiaire de son porte-parole, le colonel Om Sing. Il s'agirait du retrait le plus significatif depuis le conflit de kargil, appelé également guerre des glaciers. L'Inde et le Pakistan s'étaient affrontés dans les hauteurs himalayennes durant six semaines à la suite d'une attaque de jihadistes pakistanais soutenus par l'armée de ce pays. Ce conflit avait fait environ un millier de morts de part et d'autre. La partie sous administration indienne du Cachemire est depuis 20 ans le théâtre d'une rébellion jihadiste contre la "domination indienne", qui a fait plus de 47 000 morts. 120 000 militaires indiens seraient déployés dans cette région le long de la ligne de contrôle.
Quelques commentaires :
1/L'Inde a fait face à un ennemi régulier et irrégulier (hybride) soit séparément soit simultanément. Son retour d'expérience est peu connu. C'est dommage car ce type d'ennemi a tendance à se développer dans le monde actuel.
2/L'opération au Cachemire dure depuis plus de 20 ans et des pics de violence sont récurrents (temps long)
3/ La communauté internationale peine à trouver une solution qui convienne aux deux parties depuis 48. L'UNMOGIP a une mission d'observation sans réel impact sur le conflit.
4/ Contrairement à ce que nombre de pays occidentaux a fait comme choix de réduction des effectifs, des effectifs importants sont nécessaires pour mener des opérations dans la durée. L'Afghanistan nous le rappelle tous les jours
5/ La guerre de Kargil et par extension le conflit du Cachemire est un conflit limité conventionnel entre puissances nucléaires. Ce type de conflit avait été théorisé dans les années 1950-60. Je pense aux doctrines soviétiques (cf. Maréchal Sokholovski) ou américaines (Mc Namara).
6/ Le contrôle politique de la guerre préconisé par Clausewitz a été efficace pour éviter la montée aux extrêmes entre l'Inde et le Pakistan.
7/ Les risques de guerres interétatiques sont toujours réels dans le monde actuels, les risques de guerre nucléaire limitée (nous sommes passés près en 2002) et de guerre nucléaire totale sont tout aussi réels.
*
En définitive, il faut vaincre les illusions du présent.
Autres billets sur l'Inde et le Pakistan.
Crédits photos : mod.nic.in

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

1 commentaire:

  1. Intéressante nouvelle : elle pourrait faire partie d'un marchandage général au sein du triangle Afgha / Pakistan/ Inde, sous les auspices des Etats-Unis.
    Car au fond, rien ne justifie vraiment ce retrait : je ne crois pas que la désignantion des responsabilités des attentats de Mumbai ait été faite au Pakistan, ni que les difficultés actuelles de M. Zardiri soient très favorables à un apiasement apkistano-indien. IL y a donc, probablement, autre chose.... A suivre.
    EGéA

    RépondreSupprimer