Pages

lundi 7 décembre 2009

Afghanistan : quelle stratégie pour réussir ?

Encore un rapport parlementaire sur l'Afghanistan. Cette fois, il s'agit de "Afghanistan : quelle stratégie pour réussir ? (Mission en Inde, Afghanistan, Pakistan du 22 septembre au 1er octobre 2009 )". Le Rapport d'information de MM. Josselin de ROHAN, Didier BOULAUD et Jean-Pierre CHEVÈNEMENT, fait au nom de la commission des affaires étrangères, revient sur l'évaluation Mac Chrystal et la replace dans le contexte régional (résumé du sénat ci-dessous).
Un autre intervention récente à noter ; celle de Manuel Valls, invité de C politique sur France 5. Il a déclaré hier que la France avait un rang à tenir et des responsabilités à assumer au plan international. Il a dit qu'il fallait gagner cette guerre était indispensable et qu'un renfort français lors du sommet de l'OTAN ne devait pas être exclu. Il a ajouté avoir une pensée pour les morts en opérations, nos soldats et leurs familles. Cela change de certains discours...
Les opérations militaro-civiles menées en Afghanistan depuis huit ans n'ont pas abouti aux résultats escomptés.
Dans une évaluation réalisée en août 2009, le général MacChrystal, nouveau commandant en chef des opérations (FIAS et Enduring Freedom) a présenté une évaluation sans complaisance de la situation et proposé une nouvelle stratégie basée sur les théories de la contre insurrection.
La mission de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat qui s'est rendue, du 22 septembre au 1er octobre 2009, en Inde, en Afghanistan et au Pakistan avait pour objectif d'analyser les interactions de l'environnement régional sur les développements de la crise afghane. Il analyse, par ailleurs, les différentes options possibles pour un changement de stratégie.
Au-delà de la définition d'une stratégie militaire et de développement, il est fondamental de déterminer les objectifs politiques poursuivis par la France en Afghanistan.
S'il est impossible de fixer une échéance à un éventuel retrait, les conditions politiques qui permettront, à terme, un désengagement sont connues. Disposer d'un Afghanistan en mesure de s'assumer lui-même, doté d'un gouvernement légitime s'appuyant sur la confiance de sa population et de forces de sécurité nationales capables d'assurer la paix, la sécurité et la stabilité intérieure et extérieure pour poursuivre le développement amorcé grâce à un financement pérenne de la communauté internationale.
La recherche de cet objectif a une évidente dimension régionale. Il s'agit au premier chef du Pakistan engagé dans une lutte sans merci contre ses propres taliban et pour la sécurisation des zones tribales qui servent de sanctuaires aux taliban afghans et à Al-Qaïda. Le Pakistan doit être soutenu et aidé tant militairement qu'économiquement.
Au-delà du Pakistan, l'ensemble des voisins de l'Afghanistan et, en premier lieu, l'Inde et l'Iran doivent être impliqués tout comme d'autres grands acteurs, également menacés par la déstabilisation de la zone, l'extension du terrorisme international et les différents trafics, en particulier la Chine et la Russie.
Autres billets sur l'Afghanistan

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire