Pages

mercredi 25 novembre 2009

Technocratie, histoire et géographie

J'ai pensé d'abord à une mauvaise blague. Non, c'est vrai. La technocratie a encore frappé! La suppression (option) de l'histoire et de la géographie dans les filières scientifiques pourrait devenir une erreur similaire à celle des cours de sciences optionnels dans les filières littéraires. Un conséquence parfois fâcheuse est que certains "littéraires" voient la science ou les technologies presque comme de la "magie" (souvent néfaste) car ils n'ont pas eu le minimum de culture scientifique. Je ne peux pas croire que l'on voudrait que la plupart (coefs obligent) des "scientifiques" n'aient aucune notion solide d'histoire et de géographie, matières déjà trop marginales dans les programmes des séries S.
Pourtant, l'histoire et la géographie ont besoin des sciences. Les sciences ont besoin de l'histoire et de la géographie. Comment étudier sérieusement Pythagore, Pascal, ou Bachelard sans étudier toute leur oeuvre (mathématiques, physique, philosophie) dans le contexte historique ? Comment étudier l'histoire sans avoir au moins des notions du développement des technologies et des sciences ? Comment étudier la démographie sans probabilités et bien comprendre les probabilités sans applications pratiques ?
L'école républicaine doit permettre aux futurs citoyens de s'insérer pleinement dans la nation par l'acquisition de vastes connaissances, avant même de former des futurs fonctionnaires ou des employés du secteur privé. Elle doit faire face aux défis de l'acquisition de connaissances, de la citoyenneté et de la volonté de vivre ensemble.
Les raisonnements technocratiques pour gagner quelques millions d'euros et quelques milliers de postes ne permettront pas de renforcer la cohésion nationale, bien au contraire !

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire