Pages

lundi 23 novembre 2009

Quelques éléments sur l’utilisation des armes nucléaires tactiques

Déjà publié hier, sur le site de l'AGS.

*

Dès son élaboration, la bombe atomique a été pensée comme pouvant être utilisée contre les villes, dans le cadre d’un bombardement stratégique, mais surtout contre des forces ennemies. Lors des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki, en août 1945, la bombe atomique n’était considérée que comme une arme plus puissante, remplaçant des vagues de bombardiers. La graduation de sa puissance en équivalent TNT est particulièrement révélatrice. L’utilisation de la bombe atomique sur le champ de bataille fut au cœur de l’évolution des forces américaines et soviétiques au cours de la guerre froide.

Les débuts de l’arme nucléaire, reine virtuelle du champ de bataille ? (1945 au milieu des années 60)

Les milieux militaro-industriels américains, malgré la présence de penseurs de la dissuasion comme Brodie, ont très tôt développé l’arme atomique avec pour objectif une utilisation généralisée sur les champs de bataille : miniaturisation, multiplication des vecteurs, études d’impacts sur les troupes avec essais réels, etc. Pour les soviétiques, les forces conventionnelles ont même parfois été considérées comme étant la réserve des forces nucléaires. Au début des années 60, dans Stratégie militaire, le maréchal Vassili Sokolovski affirmait que la future guerre mondiale serait marquée par une utilisation massive des armes nucléaires dès sa phase initiale – voire de manière préventive, visant à obtenir « l’anéantissement ou la capitulation de l’adversaire dans les plus brefs délais ». Selon lui, les forces terrestres au contact avaient pour mission d’exploiter la destruction de l’adversaire.

Ceci n’a évidement pas exclu le développement d’une utilisation stratégique, comme l’illustre la doctrine Foster Dulles, dite des représailles massives. L’accès des soviétiques à l’arme nucléaire, en 1949, et le premier essai de bombe H, en 1952, ont quelque peu changé la donne. Confrontés au risque d’anéantissement total de leur pays, les théoriciens soviétiques et américains ont progressivement évolué vers la définition de doctrines de conflits nucléaires limités. L’adoption de la doctrine Mc Namara de frappes contre les forces est l’aboutissement occidental de ces réflexions sur la puissance démesurée de ces armes. Le débat existait également au sein de l’appareil politico-militaire soviétique. Malgré le discours officiel de Moscou qui clame que le conflit nucléaire ne peut être que mondial, progressivement l’URSS s’oriente vers la préparation d’une guerre nucléaire limitée.

Pour les puissances nucléaires, la crise de Cuba avait marqué un changement. Elles ont pris pleinement conscience que l’arme atomique était d’abord politique – comme la guerre.

L’arme nucléaire tactique comme moyen de rétablir un rapport de force (années 60 au début des années 90)

Les armes nucléaires tactiques ont progressivement changé de statut, passant d’une arme comme les autres du champ de bataille à une arme pouvant être utilisée pour rétablir un rapport de force ou asséner un ultime avertissement qui montre une volonté politique. Le colonel Andrei Alekseevich Sidorenko, un penseur soviétique réputé du champ de bataille nucléaire, faisait valoir en 1970 que l’utilisation de l’arme atomique ne faisait pas que détruire l’ennemi, elle détruisait aussi les infrastructures et contaminait le milieu. Selon lui, ceci constituait un inconvénient majeur, loin d’être insurmontable lors d’une offensive, pour faire manœuvrer des armées constituées de masses blindées.

Pourtant, au cours des années suivantes, chacun des adversaires faisant la loi de l'autre (Clausewitz), l’arme nucléaire tactique apparaît, dans les deux blocs, comme un ultime recours pour rétablir un rapport de force, dans ce cadre d’emploi. Par exemple, le missile français Pluton (1974-1993) de 15 à 25 Kt avait une portée opérationnelle de 17 à 120 km et constituait plus un avertissement préstratégique qu’une arme tactique. La prise de conscience semble claire dans les deux camps. Selon le maréchal Ogarkov, au début des années 80, « l’URSS ne peut miser sur une victoire dans la guerre nucléaire » face à une OTAN qui se veut comme purement défensive.

Néanmoins, l’arme atomique tactique, si elle n’a jamais été utilisée lors d’opérations, a contribué, avec d’autres facteurs, à faire évoluer l’organisation et les tactiques des unités conventionnelles, en raison des menaces sur les concentrations de forces. Au plan doctrinal, une division soviétique en 1945 avait une densité d’environ 500 hommes par km2 pour tomber à 20 hommes/km2 en 1985. Autre exemple, côté occidental, le combat en ambiance nucléaire a été l’objet d’entraînements par les forces terrestres au moins jusqu’au milieu des années 1990.

Par ailleurs, les traités de désarmement (SALT ou START) ont progressivement marginalisé l’emploi de l’arme atomique tactique. Bien que traitant peu d’armes tactiques, ils ont contribué à diffuser largement la pensée selon laquelle l’arme atomique était une arme de non-emploi ou l’ultima ratio regum.

Et maintenant ?

Depuis la fin de la guerre froide, l’évocation de l’arme nucléaire tactique sur un champ de bataille classique est restée limitée dans les doctrines. Avec le temps, l’utilisation théorique de l’armement nucléaire a presque exclusivement rejoint le champ stratégique mais il ne faudrait pas oublier qu’il existe toujours des armes nucléaires sub-stratégiques et que leur emploi tactique théorique pourrait revenir à la mode, à la faveur d’une rupture stratégique. Le dernier épisode fut la polémique – résultant d’un amalgame médiatique de concepts - concernant l’usage de « mininukes » contre des installations souterraines. D’autres scénarios restent envisageables comme celui d’une utilisation terroriste.

Pour terminer, je me contenterai de citer le livre blanc de la défense et de la sécurité nationale (p 89) :

La rupture du tabou nucléaire elle-même n’est plus improbable. Les circonstances ont changé depuis l’équilibre dissuasif atteint dans les années 1960. De nouvelles puissances nucléaires sont apparues, dont les doctrines, lorsqu’elles existent, sont mal connues. L’arme nucléaire est présente dans plusieurs régions sensibles où subsistent des contentieux territoriaux. Par ailleurs, il est établi que certains groupes terroristes cherchent à accéder à des matières ou à des engins radiologiques ou nucléaires.

Sources principales :

· ISC – CFHM - IHCC

· FRS

· Livre blanc de la défense et de la sécurité nationale

· The future of land warfare par Chris Bellamy

Crédit Photo : gouvernement des Etats-Unis

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire