Pages

jeudi 3 septembre 2009

Un laser embarqué sur un C130-H détruit un véhicule

Le 26 janvier 2009, un laser ATL (Advanced tactical laser) de la société boeing, monté sur un Avenger, avait réussi à descendre un drone en vol, dans un contexte se rapprochant du contexte opérationnel.
Le 30 août dernier, aux alentours de la base de Kirtland (Nouveau Mexique), Boeing et l'US Air Force ont réussi à acquérir puis à détruire un véhicule au sol, à partir d'un C-130H équipé d'ATL. Ce test était plus difficile à réaliser que celui du 26 janvier, en raison des conditions de vol par rapport à un radar au sol.
Selon M. Greg Hyslop, vice-président de la firme et manager général de Boeing missile defense systems, cette étape démontre que les armes à énergie dirigée vont transformer l'espace de bataille et sauver des vies en donnant aux combattants une capacité d'engagement hyperprécise à la vitesse de la lumière, tout en réduisant les dommages collatéraux. Il a ajouté qu'avec cette expérimentation, l'équipe qui développe l'ATL, avait gagné une place de premier rang dans l'histoire de l'armement.
Effectivement, ceci constitue une avancée majeure dans l'histoire de l'armement, qui préfigure, mais pas à court ou moyen terme, une "révolution" dans l'art de la guerre. Les lasers sont précis et peuvent délivrer leur puissance de manière presque instantanée à très grande distance. Lorsque les techniques nécessaires (stabilisation, poursuite, détection, etc.) seront pleinement opérationnelles, pour un coût acceptable, la destruction de mobiles sera plus facile qu'avec des projectiles, ayant un temps de vol et une précision moindre.
Les pays qui maîtriseront les premiers ces types d'armes électromagnétiques auront un avantage indéniable sur les autres, au XXIème siècle.
Autres billets sur la guerre électronique
Photos : US Air Force

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire