Pages

dimanche 2 août 2009

Le Fatah va-t-il évoluer ?

Selon un rapport provenant le l'OLP, le nombre de réfugiés palestiniens dans le monde serait de 4,8 millions d'habitants et en constante augmentation, selon des données de l'UNWRA. Cette étude devait être fournie à la Ligue des Etats arabes. 44% d'entre eux vivent en Cis-Jordanie et à Gaza (anciennement en territoire egyptien). Les autres vivent au Liban, en Jordanie et en Syrie pour ne citer que ces pays. Cette population vit dans des conditions très difficiles et a peu d'avenir en dehors des camps.
Arafat, fondateur du Fatah en 1993
Ce rapport est publié dans un contexte particulier :
  • le premier congrès du Fatah depuis 1989 devrait avoir lieu à Betléem, le 4 août prochain
  • le Hamas empêche la plupart des délégués de Gaza de sortir de la bande (arrestations et non délivrance de papiers)
  • le jihadisme (à différencier de l'islamisme du Hamas) s'est développé dans les camps, notamment au Liban (exemple de Nahr El-Bared). La cause en est la radicalisation politique de jeunes désoeuvrés et sans avenir dans les camps. Si la pauvreté était une cause majeure (argument souvent entendu), ce serait faire injure à la majorité des réfugiés palestiniens qui veulent vivre honnêtement dans le calme
  • les Palestiniens souhaitent conserver leur droit au retour mais apparemment pas tous. Sultan Abou El-Enein, chef du Fatah au Liban, semble avoir une position un peu plus nuancée (www.memri.org). Un accord maintenant est mieux que d'attendre 500 ans
  • les réfugiés (3ème ou 4ème génération) sont 6 fois plus nombreux qu'en 1948 et la "Palestine" (avec ou sans Israël) ne peut tous les accueillir pour des raisons économiques et urbanistiques
  • le Fatah a besoin de se moderniser pour revitaliser l'OLP
En résumé, le sommet du 4 août pourrait être instructif à suivre, s'agissant des évolutions des positions du Fatah.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire