Pages

mercredi 22 juillet 2009

La guerre hors limites : un classique qui défie les classiques

Chapitre III
Ce chapitre traite principalement de la guerre du Golfe, présentée comme une guerre classique mais pas si classique que cela.
Cette guerre a mis en jeu 300 navires de guerre provenant de 6 escadres commandées par un porte-avions, 4000 avions, 12000 chars, 12000 véhicules blindés et deux millions de soldats provenant de 30 pays. Cette coalition écrasa 42 divisions irakiennes.
L'alliance contre Saddam Hussein était une nécessité commune. Le besoin de légitimation de l'action, via les Nations unies, nécessitait cette alliance, le rapport de forces non.
La question des opérations multinationales est qui obéit à qui ? La loi de réorganisation de la défense dite Goldwater et Nichols (1986) avait réglé ce problème pour les américains.
Le chapitre présente abondamment les changements que constituent cette guerre pour l'art de la guerre, selon les auteurs : guerre de l'information, guerre psychologique, aérocombat, etc.
Des parallèles historiques intéressants ont été faits avec l'attaque japonaise contre Pearl Harbor, en 1941 (tactique aéromaritime innovante) et la percée de Gudérian à Sedan en 1940 (vitesse tactique terrestre).
Ce chapitre tire son intérêt de son analyse de la guerre du Golfe, presque 10 ans après par des officiers dont l'armée n'a pas combattu dans cette guerre.
Prochain chapitre : Qu'ont découvert les américains "en tâtant l'éléphant".
Voir aussi :

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire