Pages

vendredi 5 juin 2009

Les élections législatives post "accords de Doha" au Liban

Les prochaines élections législatives libanaises se dérouleront le 7 juin prochain. Le climat dans la région est quelque peu tendu (lire) malgré des changements dans le discours des Etats-Unis (lire sur EGEA).
L'International crisis group a mis en ligne un dossier sur les élections libanaises qui propose quelques recommandations que je cite ci-dessous :
Aux parties libanaises :
1. Reconnaître les résultats du scrutin, quels qu’ils soient, et s’abstenir d’une surenchère rhétorique.
2. Réaffirmer le principe général d’un partage du pouvoir.
3. Relancer dans les plus brefs délais, sous l’égide du président de la République, le dialogue national sur le renforcement de la souveraineté du Liban.
4. Charger, dès la formation d’un gouvernement, une commission parlementaire de rédiger, dans les plus brefs délais, un projet de loi électorale incluant les réformes abandonnées dans le contexte de l’accord de Doha, notamment :
  • a) le renforcement de l’indépendance et des prérogatives de la Commission de supervision des élections ; et
  • b) la définition de règles claires et applicables pour le contrôle du financement et de la propagande électoraux.

5. Charger, dès la formation d’un gouvernement, une commission parlementaire de rédiger, dans les plus brefs délais, un projet de loi de réforme du Conseil constitutionnel, visant notamment à lui conférer le pouvoir d’interpréter la constitution.

Aux alliés extérieurs des deux camps (en particulier les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite, l’Egypte, la Syrie et l’Iran) ainsi qu’aux tierces parties actives au Liban (tels que la France, la Turquie et le Qatar) :

6. Reconnaître les résultats du scrutin, quels qu’ils soient.

7. S’abstenir de creuser les divisions entre les parties libanaises, en soutenant le principe d’un partage du pouvoir.

8. Appréhender le futur gouvernement sur la base de son caractère inclusif et de son comportement effectif (notamment le respect de ses engagements internationaux) plutôt que de sa composition précise.

9. Engager un effort de médiation ou soutenir celui engagé par d’autres, si le besoin s’en fait sentir.

10. Contribuer à l’assainissement du système politique en :

  • a) soutenant les efforts de la société civile en faveur de réformes substantielles ;
  • b) insistant sur le renforcement du rôle du Conseil constitutionnel ; et
  • c) prenant des positions claires et publiques sur les pratiques électorales abusives (achats de voix, absence de bulletins standards, etc.) qui entachent les élections libanaises.

Dans quelques jours, nous aurons le résultat.

Lire aussi les autres billets sur le Liban

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire