Pages

samedi 2 mai 2009

L'Iran attaque des activistes dans le Kurdistan irakien

Selon le site internet de l'Union patriotique du Kurdistan (PUK), des avions de combat, des hélicoptères et l’artillerie de l'armée iranienne ont bombardé, le 2 mai, trois villages kurdes du nord de l'Irak, visant des indépendantistes kurdes iraniens. Le bilan reste inconnu.
A 04h00 (01h00 GMT), les villages de Kani Saif, Jomarasi et Kara Sozi, dans le district de Penjwin, auraient été la cible de tirs d'artillerie. Trois hélicoptères iraniens auraient ensuite bombardé ces villages à 09h00 (06h00 GMT). Ces raids visaient des combattants du Pejak, un mouvement séparatiste kurde iranien qui opère depuis des bases dans les montagnes du Kurdistan irakien. Avant ces bombardements, le district de Penjwin avait été deux fois la cible de tirs d'artillerie iraniens depuis un an et un drone iranien avait été abattu en Irak fin février 2009.
Ces raids interviennent une semaine après la mort de 26 personnes dans de violents combats entre policiers iraniens et rebelles kurdes près de la frontière irakienne. Dix-huit des personnes tuées le 24 avril étaient des policiers iraniens. Le Pejak est lié au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui lutte depuis 1984 contre le gouvernement turc dans le sud-est anatolien. L'Iran accuse les États-Unis de soutenir le Pejak, ainsi que d'autres organisations ethniques aux frontières de l'Iran, ce que Washington a toujours démenti.
L'Irak, l'Iran, la Syrie et la Turquie ont tous d'importantes minorités kurdes. L’Iran qui a une population de soixante-dix millions d’habitants compte une forte minorité de six à sept millions de Kurdes.
L'armée turque a déjà mené de nombreux raids aériens et terrestres contre les bastions du PKK dans les montagnes du Kurdistan. Il sera difficile à la communauté internationale de condamner fermement l’Iran alors qu’elle laisse faire pour la Turquie, voire plus largement pour d'autres pays. Cette attaque s’inscrit dans la politique iranienne visant à renforcer son rôle régional. Une escalade entre les Kurdes d’Irak et l’Iran n’est pas à exclure dans un avenir proche, ce qui n’est pas bon pour le retrait américain d’Afghanistan et l’ouverture d’un éventuel corridor logistique de l’OTAN (ISAF) en Iran.
Lire aussi :

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire