Pages

samedi 4 avril 2009

Migration clandestine, drame et lutte contre le crime organisé

Le dimanche 29 mars dernier, 21 personnes sont décédées, dont 9 femmes et 3 enfants, et 200 autres sont déclarées disparues à la suite d’un naufrage à 24 km au large de la Libye. 23 personnes ont échappé à ce drame. Le prix de la traversée sur cette barque en surcharge aurait été de 3 000 dollars (à comparer avec les 500 dollars pour un billet d’avion Tripoli-Paris).
Par ailleurs, le lundi 30 mars, 350 clandestins ont été sauvés par des garde-côtes libyens, après quatre jours de pleine mer, sans eau ni nourriture. Leur embarcation n’était pas étanche et leur moteur était tombé en panne…
Ces drames ne font qu’illustrer ce qui se passe quotidiennement en Méditerranée et dans l’est de l’Atlantique. Le crime organisé profite pleinement de la misère des volontaires à l’entrée illégale dans l’Union. Une barque d’environ 350 personnes qui arrive ou non en Europe, c’est environ 1 000 000 dollars (3 000 par tête) pour les passeurs. L’indifférence générale, observée cette semaine, concernant ce qui constitue le plus grave naufrage en Méditerranée depuis des décennies montre que ce type de trafics obscènes d’êtres humains a encore de beaux jours.
Wiki
Il me semble que cette problématique sécuritaire était loin d’être une priorité des États malgré les diverses annonces des dernières années. Cela pourrait évoluer en 2009. Le Pacte européen sur l’immigration et l’asile, signé en octobre 2008 sur proposition de la France, décrit 5 engagements dont « lutter contre l’immigration irrégulière, notamment en assurant le retour dans leur pays d’origine ou vers un pays de transit, des étrangers en situation irrégulière ».
« Le Pacte réaffirme la détermination des États membres à lutter contre l’immigration irrégulière, dans l’intérêt à la fois des États et des migrants eux-mêmes. La coopération avec les pays d’origine et de transit des migrations sera renforcée pour lutter contre les filières criminelles internationales de trafic des migrants et de traite des êtres humains […] »
Ce pacte qui est une déclaration de politique générale doit encore être traduit les faits malgré des avancées bilatérales. La Libye, qui compterait plus d’un million d’immigrants en situation irrégulière, a signé avec l’Italie en février dernier un accord pour tenter d’endiguer les arrivées de clandestins. Il devrait entrer en vigueur le 15 mai prochain sous la forme de patrouilles conjointes.
La lutte contre les trafiquants de migrants, véritables « négriers modernes », si elle mobilisait des moyens comparables à la lutte contre la piraterie maritime, notamment au large de la Somalie, aurait peut-être une chance d’enregistrer des victoires notables. Elle n’est possible qu’au niveau de l’Union européenne, non seulement pour des raisons élémentaires d’humanité mais aussi pour éviter de laisser venir des personnes en Europe qui seront exploitées par des entreprises peu regardantes en raison de leur statut de clandestin.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire