Pages

vendredi 17 avril 2009

L'echec d'une attaque terroriste maritime au large de Gaza

Le 13 avril 2009, un bateau de pêche palestinien piégé a explosé au large de la bande de Gaza. Selon Tsahal (IDF), il se dirigeait vers le nord, en direction du territoire israélien pour mener une attaque terroriste. Il avait à bord des centaines de kilogrammes d’explosifs selon le Lieutenant général Gabi Ashkenazi, chef de l’état-major général. Selon certains sites israéliens, ce bateau qui ne disposait pas d’équipage à bord (confirmé par Tsahal) aurait été radiocommandé. Cela constituerait, à ma connaissance, la première tentative d’attaque par engin explosif improvisé radiocommandé de type maritime même si cette menace (non radiocommandée) est ancienne (Cf. attentat du 12 octobre 2000 contre l'USS Cole).

US Navy (archives)

Les IDF examinent les restes de l’engin et tentent vraisemblablement une rétroconception de celui-ci. La cible de l’attaque n’a pas pu être déterminée. Une attaque contre un navire israélien ou une infrastructure civile ou militaire est probable.
Il sera intéressant de voir si ce type d’actions maritimes qui ne sont pas totalement au point, se multiplieront à l’avenir. En cas de réponse positive, cela constituerait un enjeu aussi important que l’apparition des engins explosifs improvisés sur les théâtres (terrestres) irakiens ou afghans.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

2 commentaires:

  1. A confirmé s'il s'agit ''drone''. Sinon, les tigres tamouls n'ont ils pas déjà fait usage d'embarcations suicides dans les années 80/90 ?

    RépondreSupprimer
  2. @ Frédéric.
    Merci de votre commentaire.
    Effectivement, les embarcations "suicides" ont été utilisées par les Tamouls. On peut faire remonter ce type de pratique à l'antiquité (embrcation enflammées jetées contre d'autres).
    Ce qui me semblait intéresant dans cette info, c'es que personne n'était à bord pour se suicider ou fuir au dernier moment. La radiocommande du bateau (IED maritime radiocommandé) constituerait une évolution (un peu marginale) de la guerre sur mer.

    RépondreSupprimer