Pages

mercredi 4 février 2009

Satellite iranien : les inquiétudes américaines

S'agissant du satellite iranien placé le 2 février dernier en orbite basse, M. Geoff Morrell, porte-parole du Pentagon, s'est déclaré inquiet de ce lancement car cela pourrait être le premier pas vers un système de défense contre les missiles balistiques. De plus, les Etats-Unis soupçonnent l'Iran de vouloir développer des missiles pouvant emporter des charges nucléaires. A suivre...
Le lancement d'un satellite iranien

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

6 commentaires:

  1. NB: Un autre son de cloche sur Iran-Reist (généralement bien informé) :
    04.02.2009 Iran : Le missile utile !

    RépondreSupprimer
  2. Par rapport au commentaire de Naibed.
    Je ne connais pas ce site ni d'où il tire ses informations et leur pertinence réelle.
    Concernant la réaction américaine, il me semble qu'il y a un peu d'"inquiétude" ce que traduisent divers déclarations du DoD et du State department.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis un peu surprise que vous ne connaissiez pas Iran-Resist principal site de la vraie résistance iranienne.

    Il me parait certain que la désinfo joue dans les deux sens : minimisation ou exagération des capacités militaires actuelles des pasdaran. Les mollahs, comme les USA (1) jouent alternativement à ce jeu. Ce qui rend très difficile d'avoir une vue objective sur les capacités nucléaires et balistiques réelles dont dispose le régime des mollahs actuellement.

    (1) suivant la théorie de l'arc de crise de Brzezinski (conseiller de Carter et d'Obama, ils tentent d'affaiblir le régime des mollahs, sans toutefois les anéantir, pour s'en servir de levier de déstabilisation pour «balkaniser» » le Moyen-Orient musulman, en créant des mini états pétroliers plus facile à contrôler.

    Qu'on me comprenne bien, je ne suis absolument pas partisane de cette stratégie, et je préfère de loin, comme
    John David Lewis , une action ouverte et déterminée, visant à la destruction de toutes leurs capacités balistiques, - nucléaires ou non, d'ailleurs - du régime des mollahs, l'anéantissement complet des pasdaran (gardiens de la révolution) et le renversement du régime.

    RépondreSupprimer
  4. La "vrai" résistance est un concept assez flou que l'on entend à toutes les sauces au Moyen-Orient pour simplifier. Je comprends toutefois votre position même si je ne la partage pas.
    A bientot.

    RépondreSupprimer
  5. Par vraie résistance, je voulais préciser ici qu’il ne s’agit pas de la fausse résistance créée par le régime des mollahs lui-même. Et donc, pour distinguer de la nébuleuse de faux opposants, faux féministes, droitdelhommistes, créées par le régime des mollahs, que les spécialistes de l'Iran connaissent bien. Exemple-type : Shirin Ebadi (mais il y en a plein d’autres)

    Tant pour contrôler leur communication externe, que pour tentenr d’empêcher le développement d’une réelle opposition démocratique, le régime des mollahs a donc inventé sa propre « opposition », tant interne (au sein de cette vitrine qu’est la « république » dont les organes ne disposent d'aucun pouvoir réel) qu’à l’extérieur de celle-ci, avec de faux opposants qui servent de faux nez aux lobbyistes pro-iraniens qui servent de relai au régime. (En même temps, ils servent d’indics au régime pour les véritables opposants qui seraient assez naïfs pour se compromettre avec eux.)
    De la même façon, en interne, Rafsandjani, le véritable patron du régime agite, selon les besoins, l'une ou l'autre de ses marionnettes : le "gentil" Khatami (présenté comme réformateur) ou le méchant Ahmadinejad, etc (1). selon le message qu’il tient à faire passer. Ce qui permet e.a. de faire croire aux gogos d’occidentaux qui avalent ce spectacle grand guignol, que le régime serait « réformable ». Ce théâtre Grand-Guignol à l’usage des occidentaux permet de faire oublier qu’il n’y a qu’un seul vrai pouvoir en Iran, celui des mollahs , et de leur bras armé, les Pasdaran, les gardiens de la révolution,.

    (1) le président de la république islamique (dont le rôle est purement formel), ne dispose que d’un pouvoir purement symbolique.

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir,
    il me semble que l'on s'éloigne énormément du sujet initial du billet.
    Je vous laisse le soin de développer l'ensemble de vos idées politique sur votre blog. Je n'en partage pas certaines qui me semblent excessives. Je laisse le lecteur seul juge.

    RépondreSupprimer