Pages

jeudi 26 février 2009

Guerre de l'information, une réalité

Le chef adjoint de l'Etat-major général des forces armées russes le général Anatoli Nogovitsyne, le 25 février, a déclaré que "les pays les plus développés du monde auront d'ici deux ou trois ans la possibilité de mener de véritables guerres de l'information", selon RIA Novosti. Il a ajouté que "les principaux objectifs de ces guerres seront la perturbation du fonctionnement des systèmes de défense, industriels et administratifs clefs de l'ennemi" et "un impact info-psychologique sur sa population, ses troupes et sa direction, avec recours aux technologies de l'information modernes". Selon lui, elle présente des caractéristiques différentes de celles des guerres traditionnelles : coût faible, protagonistes hétérogènes.
Cette intervention peut être rapprochée de ce qui a été relevé à ce sujet dans le livre blanc français de la défense et de la sécurité nationale.
Je cite l'encadré (tome 1, p 53) sur les attaques informatiques majeures :
" Les moyens d’information et de communication sont devenus les systèmes nerveux de nos sociétés, sans lesquels elles ne peuvent plus fonctionner.
Or le « cyberespace », constitué par le maillage de l’ensemble des réseaux, est radicalement différent de l’espace physique : sans frontière, évolutif, anonyme, l’identification certaine d’un agresseur y est délicate.
La menace est multiforme : blocage malveillant, destruction matérielle (par exemple, de satellites ou d’infrastructures de réseau névralgiques), neutralisation informatique, vol ou altération de données, voire prise de contrôle d’un dispositif à des fins hostiles.
Dans les quinze ans à venir, la multiplication des tentatives d’attaques menées par des acteurs non étatiques, pirates informatiques, activistes ou organisations criminelles, est une certitude. Certaines d’entre elles pourront être de grande ampleur.
S’agissant des attaques d’origine étatique, plusieurs pays ont déjà défini des stratégies de lutte informatique offensive et se dotent effectivement de capacités techniques relayées par des pirates informatiques.
Dans ce contexte, les tentatives d’attaques dissimulées sont hautement probables. Des actions massives, menées ouvertement, sont également plausibles."
Pour les septiques s'agissant de cette menace, il suffit de recenser les ordinateurs utilisés directement ou indirectement dans la vie quotidienne et de réfléchir à la manière de faire sans pendant quelques jours ou semaines...

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

1 commentaire:

  1. Mais cette guerre est déjà une réalité de nos jours;

    La ''guerre des idées'' et des images durant la guerre de Gaza en est un exemple récent.

    RépondreSupprimer