Pages

mardi 30 septembre 2008

La NASA à 50 ans

La NASA et ses astronautes nous ont tous (ou presque) fait rêver à un moment ou à un autre.

50 ans : c'est le bon moment pour découvrir son site et, au passage, se rappeler aussi que l'espace est stratégique, ce que n'ont pas oublié les Chinois.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Nous avons subi une défaite sans guerre.

Les accords de Munich, déjà 70 ans !
Le 30 septembre 1938, la France et le Royaume-Uni livrent la Tchécoslovaquie à l'Allemagne et au nazisme. Leurs opinions applaudissent et laissent le totalitarisme s'étendre... Le mot attribué à Daladier, à son retour triomphal de Munich, est pourtant clair : « Ah les cons ! S'ils savaient ! ».
La croyance outrancière en la diplomatie, la démagogie et le refus dogmatique de l'usage de la force mènent souvent dans des impasses et finalement à la guerre.
Il est vrai, encore une fois que c'est facile à écrire 70 ans après. Sir Winston Churchill l'a tellement bien résumé a posteriori : «Ils ont accepté le déshonneur pour avoir la paix. Ils auront le déshonneur et la guerre».
Résumé historique sur herodot.net

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

lundi 29 septembre 2008

Embuscades, dispositifs explosifs de circonstance et contre insurrection : l'expérience francaise

Il est toujours intéressant de redécouvrir son histoire militaire par les yeux d'une autre nation (le Canada). Cet article reprend trois épisodes de l'histoire coloniale francaise. J'ai une préférence pour le passage sur "L’Algérie au XIXe siècle (1839-1857)".
Maj Eric Ouellet, Ph.D.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

samedi 27 septembre 2008

Le renseignement dans la guerre d’Algérie.

Le général Maurice Faivre, docteur en sciences politiques, a été officier de renseignement en Algérie et a effectué une carrière impressionnante dans le renseignement militaire. Son ouvrage allie la vision du militaire et avec le recul du chercheur. C’est une mine d’informations sur l’organisation française du renseignement (civile et militaire) durant la guerre d’Algérie mais aussi sur celle du FLN. La contre guérilla est d’abord une « guerre d’agents » dans laquelle le renseignement guide l’action. Un livre à découvrir, loin des clichés et des préjugés.
Le renseignement dans la guerre d’Algérie. Maurice Faivre. Editeur : Charles Lavauzelle (10 octobre 2006) Collection : Renseignement Histoire et Géopolitique Langue : Français ISBN-10: 270251314X ISBN-13: 978-2702513149

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

lundi 22 septembre 2008

La tactique retrouve toute son importance : FT-02

Le nouveau manuel de tactique générale de l'armée de Terre (FT-02) qui établit le cadre général de l’emploi des forces terrestres est en ligne sur le site du CDEF. http://www.cdef.terre.defense.gouv.fr/
Riche en exemples historiques ou non, ce manuel enrichissant est d'une lecture abordable. Bonne lecture.
SOMMAIRE :
  • Première partie. Emploi des forces armées et nouvelles conditions des opérations
  • Deuxième partie. Principes de la guerre pérennes... Procédés nouveaux
  • Troisième partie. Principestactiques des opérations terrestres

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

dimanche 21 septembre 2008

La valeur de l'information : l'exception !

Pourquoi certains médias parlent-ils majoritairement de faits négatifs ou hors du commun ?
Parce que (c'est seulement un élément de réponse) la valeur d'une information n'est pas dans sa répétition et sa prévisibilité mais dans son caractère exceptionnel. Plus une information est improbable ou impensable, plus elle va acquérir de la valeur et va avoir un impact fort sur une population. Si elle est fortement prévisible, elle intéresse peu et donc il est possible de s'en passer.
C'est le cas bien connu des trains qui arrivent à l'heure. Ils n'intéressent personne sauf lorsqu'ils sont systématiquement en retard!
Cela me laisse ainsi penser que la résilience commence par l'habitude et la prévisibilité...

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

jeudi 18 septembre 2008

Les soviétiques en Afghanistan

Un excellent RETEX de l'armée canadienne sur l'expérience soviétique, écrit par M. Sean M. Maloney et publié dans le Journal de l'armée du Canada de l'été 2007. "AFGHANISTAN : CE QUE NOUS PENSIONS QUE NOUS SAVIONS DE L’EXPÉRIENCE SOVIÉTIQUE "
C’était le début des années 1990, l’Allemagne n’était plus seulement l’Allemagne de l’Ouest et les premiers membres canadiens de la Mission de surveillance de la Communauté européenne étaient déployés dans ce qui était sur le point de devenir l’ex-Yougoslavie. Au sein de la Forêt noire (Schwarzwald) était cantonné le 4e Groupe-brigade mécanisé du Canada, dont les membres s’interrogeaient sur l’avenir de laformation après la chute du mur de Berlin. On comptait encore 200 000 soldats russes en Allemagne de l’Est et le personnel du renseignement les tenait à l’oeil, même s’il s’employait surtout à préparer des guides de reconnaissance des véhicules yougoslaves. Les Soviétiques avaient quitté l’Afghanistan près de deux ans auparavant : c’était de l’histoire ancienne. Pourtant, quelqu’un a monté un dossier d’information intitulé « Leçons retenues par les Soviétiques en Afghanistan1 » qui allait finir par dormir dans les archives du 4 GBMC à partir du moment où l’état-major du renseignement de la Brigade a déclassé le document à des fins historiques et en a édité une portion très minime... Lire la suite

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

lundi 15 septembre 2008

Le SR des forces françaises du Laos

Chef de groupement de guérilla antijaponais (1944-46), puis chef du service de renseignement des forces françaises du Laos (1946-48). Officier et spécialiste du Sud-est asiatique, Jean DEUVE est historien et auteur d'études sur le renseignement et les opérations spéciales.

Jusqu'en 1945, l'Indochine française fut peu touchée par les combats, mais, lorsque les Japonais prirent conscience qu'ils allaient perdre la guerre, ils cherchèrent à empêcher le retour des puissances coloniales européennes. Ils favorisèrent l'indépendance du Laos qui fut proclamée le 8 avril 1945 par le roi Sisavang Vong. De mars 45 à mai 46, les centres du Laos ont été occupés successivement par les Japonais, les Chinois, les Lao-issala et les Vietminh. Mais, après la défaite japonaise, les Français donnent aux Laotiens leur autonomie dans l'Union Française. La guerre au Laos entre 46 et 48 n’est ni une guerre de gros bataillons, ni une copie de la guerre qui se déroule simultanément au Vietnam. C’est une guerre de guérilla et de contre-guérilla, une guerre du renseignement.

L’auteur met, en particulier, en exergue les points suivants dans un récit passionnant :

  • Nécessité de compréhension des mentalités et des cultures amies et ennemies ;
  • Les actions psychologiques et le renseignement (tous types de capteurs) précèdent et facilitent l’engagement des forces. (prise de Vientiane en 1946) ;
  • Toutes les actions amies sont menées sous la menace d’actions d’espionnage et de propagande adverses incessantes ;
  • Le renseignement humain est particulièrement intéressant pour acquérir du renseignement au sein de la population dans les zones contrôles ou récemment contrôlées.
  • L’appui électronique (écoutes et intrusions) est particulièrement efficace pour renseigner dans la profondeur et au-delà des frontières.
  • Chaque secteur doit posséder un officier de renseignement.

Le service de renseignement des forces françaises du Laos, 1946-1948, l’Harmattan, (édition 2000), Jean DEUVE.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

vendredi 12 septembre 2008

Irak, les armées du chaos

Je ne l'ai pas encore lu mais c'est certainement un très bon ouvrage au regard des autres écrits de l'auteur.
"Le ler mai 2003, sur le pont du porte-avions Abraham Lincoln et sur fond de bannière "Mission accomplie", le président Bush annonçait la fin des combats en Irak.En réalité, ce n'était que le début de l'enlisement de l'"hyperpuissance" dans un conflit qui marque sans doute le début d'une nouvelle ère dans l'art de la guerre. Contrastant avec l'abondante littérature parue au moment de la chute de Bagdad en avril 2003 et célébrant la guerre éclair à l'américaine, les opérations de guérilla et de contre-guérilla qui ont suivi, si elles ont fait régulièrement la une des médias n'ont jamais fait l'objet d'un travail de vulgarisation, ce qui témoigne de l' embarras des experts face à ce qui apparaît comme une sévère remise en question de la puissance militaire occidentale. Irak: Les armées du chaos comble cette lacune en offrant pour la première fois au grand public une analyse tactique écrite par un spécialiste militaire des conflits au Moyen-Orient, décrivant en détail les différentes facettes de ce conflit complexe et changeant, depuis les premières attaques dans le "triangle sunnite" au printemps 2003 jusqu'au "sursaut" américain de 2007 et son succès relatif. "

Broché: 270 pages ; Editeur : Economica (26 août 2008) ; Collection : Stratégies & Doctrines ; Langue : Français ; ISBN-10: 2717855858 ; ISBN-13: 978-2717855852.

Lire aussi

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

jeudi 11 septembre 2008

11 septembre 2008 : je ne résiste pas...

... à l'envie de mettre en ligne des liens vers des pages traitant de la Bataille de Sterling qui s'est déroulée le 11 septembre 1297.

National Wallace monument

11 septembre lire aussi

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

mardi 9 septembre 2008

Ike arrive !

La sécurité environnementale, une autre mission des armées?
Un exemple concret et partiel de la contribution des armées à la sécurité de la Nation :
  • Le 9 septembre, le gouverneur du Texas, Rick Perry, a autorisé le rappel de 7500 soldats de la Garde nationale du Texas en raison de la menace que l’ouragan Ike fait peser sur cet État. La fonction publique a aussi été mobilisée. L’aviation de la garde a été aussi mobilisée pour d’éventuelles missions "Search and Rescue". Comme le résume un militaire de la Garde du Texas : « faire face à un désastre environnemental n’est pas une opération typiquement militaire mais elle demande de la patience et de l’adaptation aux circonstances ».
  • Dans le même temps, la Garde nationale de Floride se prépare aussi à faire face à la nature.

Est-ce bien la mission des armées demandent certains (un débat réccurent) ?

Bilan de l'ouragan Katrina aux Etats-Unis en 2005 (en moins d'une semaine) :

  • 1 million de déplacés ;
  • 140 000 sinistrés ;
  • 1800 morts ;
  • 135 disparus ;
  • plusieurs milliards de dollars de dégâts...

Le bilan est explicite et le besoin de la contribution des armées à l'effort de l'Etat me semble évident. Quelle serait la crédibilité d'une armée qui resterait dans ses casernes lorsqu'une telle catastrophe frappe son pays!

crédit photos US DoD

Il est tout aussi évident que ce n'est qu'une mission des armées parmi d'autres...

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

La bataille de Zama

La bataille de Zama fut la bataille décisive de la 2ème Guerre punique. Hannibal, à la tête d'une armée issus de peuples hétéroclites, n'a pas pu réaliser l'exploit de Cannes.
"Rentrés dans leur camp, tous deux ordonnèrent à leurs soldats de préparer leurs armes et leur courage pour une dernière bataille. S'ils avaient le bonheur de triompher, leur victoire ne serait pas éphémère, mais définitive. Ils sauraient avant la nuit du lendemain si ce serait Rome ou Carthage qui ferait la loi au monde. Ce n'était plus l'Afrique ou l'Italie, c'était l'univers entier qui allait devenir la récompense du vainqueur; et le péril serait aussi grand que la récompense pour celui contre qui tourneraient les chances du combat." Lire le livre XXX (30, 32 à 30,37).

Lire aussi : la bataille de Cannes, la bataille de Trasimène et la bataille de Trébie.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

samedi 6 septembre 2008

Pentagon channel

Pour les internautes qui souhaitent améliorer leur anglais et leur connaissance de l'armée américaine, la chaine TV du Department of Defense US est toute trouvée. Son site propose une diffusion continue de programmes TV et des reportages téléchargeables. Comme toute info, il faut la relativiser par rapport à sa source mais je trouve cette chaine très intéressante : avis aux amateurs...

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

jeudi 4 septembre 2008

Ne pas tomber dans le piège abscons

Un "concept théorique" un peu malicieux mais aussi "un bon mot" : le piège abscons. Qu'est qu'un piège abscons pour une force en opération ? Quand les 5 critères suivants sont réunis, il est problable que le piège abscons frappe encore une fois de plus :

  1. La réussite est a priori incertaine.
  2. La force s'engage dans une action qui coûte des hommes, du temps, de l'argent et des moyens pour atteindre l'EFR.
  3. L'état final recherché (EFR) évolue au gré des évènements sans être explicitement fixé.
  4. La force pense qu'elle doit rester cohérente dans son action, que le but approche et qu'un dernier effort apportera la victoire.
  5. L'opération ne s'arrêtera pas tant que l'EFR n'est pas atteint...

Le piège abscons : un exemple (souvent vécu) de la vie quotidienne pour comprendre :

  1. je vais prendre le train un jour de grève pour aller à un rendez-vous important
  2. j'ai acheté un billet non remboursable
  3. sur le quai, je me demande si je ne vais pas reporter mon trajet ou m'arrêter en route ou attendre ou m'énerver...
  4. cela fait trop de temps que j'attends pour rentrer chez moi
  5. mais je reste sur le quai une bonne partie de la journée avant de peut-être prendre un train bondé qui me ferra rater mon rendez-vous ou de rentrer finalement chez moi...

Comment sortir du piège abscons ? Mettre en adéquation ses moyens avec ses objectifs, c'est-à-dire avoir tout simplement une stratégie. "Avoir une stratégie", c'est toujours beaucoup plus facile à écrire qu'à mettre en oeuvre... Ce "concept" est bien développé par Frédéric JOIGNOT dans un article de Philosophie magazine d'avril 2007 et surement dans l'un de ses ouvrages.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger