Pages

dimanche 7 décembre 2008

La défense stratégique (US) antimissile avance.

Le 5 décembre 2008, les forces armées américaines ont détruit un missile ennemi factice, en employant un important système de capteurs (radar en réseau). Lors d'une conférence de presse, l'Army Lt. Gen. Patrick J. O'Reilly, directeur de la Missile Defense Agency, a déclaré que ce test avait été un succés. Un missile factice tiré de Kodiak (Alaska) a été intercepté par un missile intercepteur tiré de la base de Vandenberg (Californie) environ 30 minutes plus tard.

LTG Patrick J. O'Reilly crédits : DoD.

Ce test qualifié de réaliste par le Pentagon aurait coûté entre 120 et 150 millions de dollars. 13 autres tests auraient été effectués depuis 1999 (7 auraient été couronné de succès). Au total, 100 milliards de dollars auraient été dépensés depuis 10 ans pour les programmes de défense antimissiles (officiellement les nord-coréens et iraniens). Le DoD disposerait de 24 intercepteurs basés à terre et de 21 intercepteurs basés en mer.

Les sommes engagées sont phénoménales (3 fois le budget militaire annuel de la France en 10 ans et 2 mois de coût de l'ensemble des OPEX françaises pour un seul test). Au regard des sommes engagées, nul doute que le but ultime du programme de défense antimissile n'est pas d'abattre quelques missiles en vol mais bien de développer une technologie mature permettant d'abattre tous (ou presque) les missiles intercontinentaux en vol. Cela à long terme pourrait remettre en cause l'équilibre mondial de la terreur (nucléaire), au même titre que les États proliférant.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

3 commentaires:

  1. La destruction de missiles agresseurs est un 'fantasme'' existant depuis l'apparition des missiles balistiques mais malgré les énormes budgets dépensé par les USA et l'ex URSS, on est encore loin du ''bouclier'' parfait.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, la perfection n'est pas de ce monde. Néanmoins, les techniques d'interception de missiles en vol progressent. Les Russes seraient moins crispés par les sites installés en Europe si ce n'était qu'une vue de l'esprit.
    Lorsque cette technologie aura atteint sa maturité (dans 5 ans, 25 ans, 100 ans, ?) cela pourrait remettre en cause les équilibres stratégiques. Mais cela reste l'éternelle lutte de l'épée et du bouclier!
    Et puis en 1935, la bombe atomique et les voyages spatiaux pouvaient apparaitre comme des fantasmes. Et pourtant, 25 ans plus tard...

    RépondreSupprimer
  3. Pour le moment, nombres de personnes qu'il s'agit plus de subventions déguisé pour la R et D que d'un programme opérationnelle (a part pour les moyens de détection).

    RépondreSupprimer