Pages

lundi 15 septembre 2008

Le SR des forces françaises du Laos

Chef de groupement de guérilla antijaponais (1944-46), puis chef du service de renseignement des forces françaises du Laos (1946-48). Officier et spécialiste du Sud-est asiatique, Jean DEUVE est historien et auteur d'études sur le renseignement et les opérations spéciales.

Jusqu'en 1945, l'Indochine française fut peu touchée par les combats, mais, lorsque les Japonais prirent conscience qu'ils allaient perdre la guerre, ils cherchèrent à empêcher le retour des puissances coloniales européennes. Ils favorisèrent l'indépendance du Laos qui fut proclamée le 8 avril 1945 par le roi Sisavang Vong. De mars 45 à mai 46, les centres du Laos ont été occupés successivement par les Japonais, les Chinois, les Lao-issala et les Vietminh. Mais, après la défaite japonaise, les Français donnent aux Laotiens leur autonomie dans l'Union Française. La guerre au Laos entre 46 et 48 n’est ni une guerre de gros bataillons, ni une copie de la guerre qui se déroule simultanément au Vietnam. C’est une guerre de guérilla et de contre-guérilla, une guerre du renseignement.

L’auteur met, en particulier, en exergue les points suivants dans un récit passionnant :

  • Nécessité de compréhension des mentalités et des cultures amies et ennemies ;
  • Les actions psychologiques et le renseignement (tous types de capteurs) précèdent et facilitent l’engagement des forces. (prise de Vientiane en 1946) ;
  • Toutes les actions amies sont menées sous la menace d’actions d’espionnage et de propagande adverses incessantes ;
  • Le renseignement humain est particulièrement intéressant pour acquérir du renseignement au sein de la population dans les zones contrôles ou récemment contrôlées.
  • L’appui électronique (écoutes et intrusions) est particulièrement efficace pour renseigner dans la profondeur et au-delà des frontières.
  • Chaque secteur doit posséder un officier de renseignement.

Le service de renseignement des forces françaises du Laos, 1946-1948, l’Harmattan, (édition 2000), Jean DEUVE.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire