Pages

vendredi 15 août 2008

Vers une véritable capacité SA2R au sein des BIA

L’évolution du contexte des crises a redonné au renseignement une place fondamentale. Jusqu’à présent, les capacités de renseignement des brigades interarmes (BIA) étaient orientées presque exclusivement vers la satisfaction des besoins induits par les actions de coercition. Les conflits actuels se caractérisent le plus souvent par la brièveté de la phase d'intervention. Ce n'est pas pour autant que les capteurs des BIA sont devenus obsolètes ou désuets en phase de stabilisation, bien au contraire ! Lire la suite, p 30.
Avertissement : cet article a été rédigé en 2007, avant la décision de création des URB. Il reste globalement pertinent à quelques ajustements près.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire