Pages

jeudi 20 août 2009

Sparte et la complexité des grecs

Cet été, j'ai tenté Sparte d'Edmond Levy. Ce livre est très intéressant même s'il s'avère complexe pour ceux, comme moi, qui ont oublié une partie de leurs classiques. Je le déconseille franchement à ceux qui n'ont aucune connaissance sur cette époque. Dans cet ouvrage, il décrit les relations politiques et sociales des spartiates entre eux et avec les autres peuples. Les guerres de Sparte sont aussi décrites avant quelques lignes sur la décadence.
Par ailleurs, Robert Kaplan dans "La Stratégie du guerrier : De l'éthique païenne dans l'art de gouverner" (2003) développe la thèse suivante : la complexité du monde actuel est équivalente à celle qu’ont connue les grecs ou les romains. En effet, à lire Edmond Levy, la ligue du Peloponnèse n'a rien à envier à l'OTAN, en terme de complexité.
Les solutions du passé pourraient donc aider à agir dans le monde actuel, d’où l’intérêt de lire des auteurs de l’Antiquité. A chacun de se faire une opinion en lisant Tite-Live, Homère ou Polybe.
4ème de couverture de Sparte :
De légende héroïque ou noire en travestissement idéologique, Sparte a souffert de ne devenir que difficilement objet d'histoire. Edmond Lévy offre aujourd'hui au lecteur français une belle synthèse de ce que la recherche la plus scrupuleuse sait sur l'Etat lacédémonien. Quelle forme de pouvoir s'exerçait ? Devant quel type de société sommes-nous ? Qu'en était-il vraiment de la mystérieuse kryptie (l'endurance spartiate) ? Sparte, cité de toutes les tensions, connaîtra une véritable stabilité mais ne réformera pas ses institutions. Prisonnier de son passé, l'empire lacédémonien aura été la première victime de son mythe.

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire