Pages

lundi 21 juillet 2008

La bataille de la Trébie (déc 218 av JC)

Dans cette bataille, courte mais édifiante, Hannibal a exploité au mieux le renseignement (espions gaulois), le terrain (choix du lieu de la bataille), la météo (temps froid), la logistique (les hommes et les chevaux étaient reposés et nourris), la surprise (détachement de Magon) et la « légèreté et imprudence » des chefs romains. Laissons la place à Tite-Live qui l’écrit mieux que moi. Entre les deux armées coulait un ruisseau, renfermé, de toutes parts, dans des rives profondes et couvertes d'herbes marécageuses, de buissons, de broussailles, comme le sont d'ordinaire tous les lieux incultes. On pouvait cacher même de la cavalerie dans cet endroit obscur: Hannibal s'en aperçut, après avoir lui-même reconnu te terrain: "Voilà quel sera ton poste, dit-il à Magon, son frère: choisis dans l'armée cent cavaliers, cent fantassins, et viens avec eux me joindre à la première veille. Il faut maintenant prendre de la nourriture et du repos."… Lire la suite [Livre XXI, 54 à 56]

USMA (DoD)

Partager ce billet:

Facebook Twitter Technorati

Blogger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire